»
»
»
Consultation

Forte pression sur les cours du pétrole

Forte pression sur les cours du pétrole

La chute se poursuit...

Forte pression sur les cours du pétrole
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le baril de pétrole débute cette nouvelle semaine comme il avait fini la précédente, à savoir en forte baisse. Le baril de brut léger américain pour livraison juillet perd actuellement 2,4% à 66,2 dollars dans les échanges électroniques sur le Nymex après avoir abandonné 4% vendredi, tandis que le Brent de la Mer du Nord se replie de 1,6% à 75,3$ après avoir rendu 3%. Outre l'annonce d'une forte hausse surprise des stocks de brut aux Etats-Unis la semaine passée, le marché est principalement pénalisé par les spéculations relatives à une augmentation de la production de l'Opep et de ses alliés en réaction aux sanctions américaines contre l'Iran et le Venezuela. L'annonce d'une nouvelle progression du nombre de forages en activité aux Etats-Unis a également accru la pression sur l'or noir vendredi soir.

L'Arabie saoudite et la Russie discutent

Réunis à Saint-Pétersbourg la semaine passée, les ministres saoudien et russe de l'Energie, accompagnés de leur homologue des Emirats arabes unis, qui assure la présidence de l'Opep cette année, auraient discuté d'une hausse de la production du cartel et de ses partenaires d'environ un million de barils par jour, croit savoir 'Reuters', citant des sources proches du dossier. Un tel mouvement permettrait de ramener à 100% le degré de respect de l'accord de limitation de la production en vigueur depuis janvier 2017, contre environ 152% actuellement, ont ajouté ces sources.

L'accord dit Opep+, visant à réduire la production cumulée des participants de 1,8 million de barils par jour pour désengorger le marché mondial et faire remonter les cours, a été adopté en janvier 2017 et a été prolongé jusqu'à la fin de l'année.

"Toutes les options sont sur la table"

Le ministre saoudien de l'Energie, Khalid al Falih, a indiqué à 'Reuters' que "toutes les options sont sur la table" sans fournir davantage de précisions... Reste à savoir comment un nouvel accord pourrait être mis en place. "Seuls quelques pays membres du cartel ont cette capacité (d'accroître leur production), donc la mise en oeuvre sera compliquée", a souligné à l'agence une source au sein de l'Opep.

Réponse le 23 juin

La prochaine réunion des ministres de l'Opep et de ses partenaires, dont la Russie, doit avoir lieu les 22 et 23 juin à Vienne et une décision définitive sera prise à cette occasion.

"Le rythme de la récente hausse des prix du pétrole a suscité un débat parmi les investisseurs sur la question de savoir si cela représente des risques à la baisse pour la croissance mondiale", a affirmé au cours du week-end, Chetan Ahya, chef économiste chez Morgan Stanley. "Les prix du pétrole montrent les symptômes d'un couteau qui tombe, les investisseurs étant nerveux à l'idée d'une augmentation de la production de trois des plus grands producteurs mondiaux", note pour sa part le courtier basé à Singapour, Phillip Futures.

La production américaine inquiète aussi

Par ailleurs, la croissance de la production américaine continue à inquiéter les opérateurs. Vendredi soir, la firme parapétrolière Baker Hugues a annoncé que les forages en activité aux Etats-Unis ont augmenté de 15 unités lors de la semaine close le 25 mai pour remonter à 859, au plus haut depuis mars 2015.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com