»
»
»
Consultation

Fiscalité : François Hollande hausse le ton sur les 75%

Fiscalité : François Hollande hausse le ton sur les 75%

Après les fuites parues vendredi dans la presse, François Hollande a affiné hier son projet d'imposer à 75% les très hauts revenus...

Fiscalité : François Hollande hausse le ton sur les 75%
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Après les fuites parues vendredi dans la presse, François Hollande a affiné hier son projet d'imposer à 75% les très hauts revenus. Alors que les rumeurs évoquaient un projet très édulcoré ne concernant qu'un millier de personnes, le président a durci le ton hier soir sur TF1 et assuré que "2.000 à 3.000 personnes" seront concernées. Ainsi, les sportifs et les artistes, que l'on croyait exonérés, devront finalement s'acquitter de la nouvelle taxe. Et celle-ci sera bien déclenchée à partir du seuil de 1 Million d'Euros par ménage, et non de 2 Millions d'Euros pour un couple ou une famille, comme l'aurait souhaité le patronat...

Pour le reste, François Hollande a confirmé peu ou prou les informations déjà parues à la veille du week-end. Ainsi, la taxe sera assise sur les revenus du travail (salaires, primes, bonus..), mais ne concernera pas les revenus du capital (plus-values, dividendes, intérêts, etc...). La contribution à 75% "prendra bien sûr en compte" les autres impôts déjà versés tels que l'impôt sur le revenu et la CSG-CRDS, a précisé le président. Ce qui conduira, en prenant en compte la CSG-CRDS, à un taux effectif plus proche de 67% que de 75%. La nouvelle contribution sera aussi limitée dans le temps, a priori à deux ans : elle sera interrompue "une fois que nous aurons redressé" les comptes publics, ce qui devrait se produire "au bout de deux ans", a indiqué François Hollande.

Présentée comme l'un des fers de lance de la campagne présidentielle, la taxation des très hauts revenus à 75% est devenue un casse-tête pour le nouveau pouvoir socialiste, qui entend satisfaire son électorat de gauche, mais voit grandir le spectre d'une fuite à l'étranger des plus gros contribuables... Malgré l'aménagement du projet, François Hollande espère encore faire de cette réforme un symbole politique, même si elle contribuera peu aux recettes de l'Etat, qui aura besoin de faire 30 Milliards d'économies l'an prochain, alors que la taxe pourrait rapporter au mieux une centaine de millions d'euros...
Pour François Hollande, "il s'agit de donner l'exemple, pas de dégager des recettes supplémentaires", car il est "important" de demander un effort à ceux qui gagnent plus de 1 Million, a-t-il précisé hier.

A noter que les ménages les plus riches seront aussi mis à contribution à travers d'autres hausses d'impôt sur le revenu qui seront appliquées l'an prochain, et pèseront sans doute plus lourd pour eux que la taxation à 75% : alignement de l'imposition des revenus du capital sur ceux du travail, gel du barème de l'Impôt sur le revenu et alourdissement de l'Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF).

Le débat sur la taxation des Français les plus riches est donc loin d'être clos... Il a même rebondi ce week-end avec la révélation de la demande de nationalité belge de Bernard Arnault. L'annonce a fait l'effet d'une bombe dans la classe politique, où les critiques ont fusé contre le dirigeant, qui a très vite démenti vouloir quitter fiscalement l'Hexagone. "Je suis et je resterai fiscalement domicilié en France et, à ce titre, je remplirai, comme tous les Français, l'ensemble de mes obligations fiscales, a-t-il ainsi déclaré à l''AFP'. Notre pays doit compter sur la contribution de chacun pour faire face à une crise économique profonde", a-t-il ajouté. L'avenir dira si cet engagement tiendra la distance...

©2012-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com