»
»
»
Consultation

Fed : Powell entretient les espoirs de baisses de taux

Fed : Powell entretient les espoirs de baisses de taux

Le président de la Fed a répété vendredi que la banque centrale américaine surveillait de près les facteurs de risque, notamment la faiblesse de l'inflation. Il a aussi répondu indirectement à de nouvelles critiques de Donald Trump.

Fed : Powell entretient les espoirs de baisses de taux
Crédit photo © Carlos Barria / Reuters

(Boursier.com) — Jerome Powell était très attendu vendredi lors d'un débat à Zurich en Suisse consacré à la croissance économique et aux politiques monétaires. Le président de la Réserve fédérale n'a finalement pas fait d'annonces spectaculaires, mais rien dans ses propos n'a contredit les attentes des marchés financiers quant à de nouvelles baisses de taux.

Le président de la Réserve fédérale américaine a répété que la banque centrale surveillait de près les facteurs de risque, notamment l'affaiblissement de l'inflation, ce qui a été interprété comme le signe que la Fed baissera à nouveau ses taux directeurs à l'issue de sa réunion du 18 septembre prochain. La Bourse de New York était en légère hausse vendredi soir après ses propos (+0,3% pour le Dow Jones, +0,1% pour le Nasdaq), malgré l'annonce de chiffres de l'emploi décevants en août aux Etats-Unis.

Pas de récession en vue, malgré des risques "significatifs"

Jerome Powell a décrit une économie américaine en bonne santé, jouissant d'un rythme de croissance modéré et d'un marché de l'emploi toujours solide malgré la déception sur les créations d'emplois en août (130.000 au lieu de 160.000 attendus). Il a ajouté que la Fed ne prévoit pas de récession aux Etats-Unis.

Toutefois, le banquier central a souligné que l'économie américaine fait face à des risques baissiers "significatifs", affirmant que la Fed allait surveiller tous les facteurs de risque. Il s'est en particulier dit inquiet d'une inflation qui deviendrait trop faible.

Il a assuré que la Fed continuera à agir de manière appropriée pour soutenir la croissance de l'économie américaine. "Notre obligation est d'utiliser nos outils pour soutenir l'économie et c'est ce que nous continuerons à faire", a ajouté M. Powell.

Le patron de la banque centrale américaine, régulièrement critiqué par Donald Trump, a aussi affirmé qu'il ne regrettait pas d'avoir été nommé à son poste et a répété que les décisions de la Fed ne sont pas prises sur des bases politiciennes. "Les facteurs politiques ne jouent absolument aucun rôle dans notre process et mes collègues et moi ne tolérerions pas qu'ils s'immiscent dans nos prises de décision et nos discussions", a-t-il affirmé.

"Où ai-je déniché ce type, Jerome ?" se lamente Trump

De son côté, Donald Trump a lancé vendredi de nouvelles piques contre le patron de la Fed. Dans un tweet, le président américain a lancé : "Où ai-je déniché ce type, Jerome? On ne peut pas toujours bien tomber". "Je suis d'accord avec @jimcramer (une vedette de la chaîne financière CNBC), la Fed devrait baisser ses taux", a-t-il ajouté.

Donald Trump reproche à la Banque centrale d'avoir relevé trop vite ses taux fin 2018, provoquant un renforcement du dollar, ce qui pénalise les exportations des Etats-Unis en pleine guerre commerciale avec la Chine. Il accuse désormais la Fed de ne pas baisser ses taux assez vite, la jugeant seule responsable du ralentissement de la croissance américaine, qui est passée d'un rythme proche de 3% en 2018 à environ 2% estimés en 2019, sur fond de relèvement des droits de douane entre Washington et Pékin.

Les marchés anticipent encore 2 à 3 baisses de taux cette année

Pour leur part, les marchés financiers anticipent massivement une nouvelle baisse des taux directeurs de la Fed à l'issue de sa prochaine réunion des 17 et 18 septembre, après celle d'un quart de point du mois de juillet, qui était la première depuis plus de 10 ans.

L'outil Fedwatch du CME Group indique vendredi soir une probabilité de 91,2% pour une baisse d'un quart de point, ce qui ferait revenir le taux des "fed funds" entre 1,75% et 2%. Les marchés s'attendent ensuite à au moins un, voire deux autres gestes baissiers d'ici à la in 2019, ce qui pourrait ramener les taux entre 1,25% et 1,50%.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com