Fed : les malheureux Kaplan et Rosengren forcés de vendre leurs actions au plus haut historique

Fed : les malheureux Kaplan et Rosengren forcés de vendre leurs actions au plus haut historique

La vie est dure pour les responsables régionaux de la Fed...

Fed : les malheureux Kaplan et Rosengren forcés de vendre leurs actions au plus haut historique
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La vie est dure pour les responsables régionaux de la Fed. Robert Kaplan et Eric Rosengren, présidents des antennes de la Fed à Dallas et Boston, vont devoir céder leurs actions du fait de "préoccupations éthiques". Ils procèderont le 30 septembre en cédant tous leurs titres et en plaçant leur petit pactole sur des investissements passifs. Ils se sont aussi engagés à ne pas 'trader' d'actions durant leur service en tant que présidents.

Ces annonces qui forcent le respect interviennent après que les responsables de la Fed ont été critiqués à propos de leurs activités d'investissement durant une année 2020 au cours de laquelle les actions de la banque centrale avaient grandement soutenu les marchés financiers. Une communication financière du président de la Fed de Dallas, Kaplan, avait fait sourciller cette semaine, révélant un certain nombre de transactions chiffrées en millions de dollars sur des actions cotées l'année dernière, notamment Apple, Amazon et Delta Airlines. Kaplan possédait un total de 32 positions sur des actions, fonds ou actifs alternatifs, dont 27 étaient évaluées à plus d'un million de dollars à la fin de 2020...

"Bien que mes transactions d'épargne et d'investissement personnelles soient conformes aux règles d'éthique de la Réserve fédérale, j'ai décidé de traiter même l'apparence de tout conflit d'intérêts en prenant les mesures suivantes", a déclaré pour sa part Rosengren, président de la Fed de Boston.

Ce sens de l'éthique et de la déontologie de deux des 12 présidents régionaux de la Fed ne devrait pas manquer de calmer un peu les réseaux sociaux américains, assez virulents ces derniers jours face à ces transactions. Les dommages causés en termes de réputation pour l'institution monétaire américaine seront peut-être amoindris.

Alors que Kaplan avait ciblé notamment des titres affectés par la pandémie, Rosengren préférait lui les titres de valeurs immobilières. Les deux hommes ne seront peut-être pas malchanceux en vendant leurs titres alors que la place américaine atteint des sommets historiques, et à quelques semaines du probable début du 'tapering', réduction des achats d'actifs obligataires de la Fed, qui ne devrait en principe pas doper les marchés boursiers.

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !