Fed : Bowman à l'aise avec le tapering

Fed : Bowman à l'aise avec le tapering

Dans un discours, la gouverneure de la Fed Michelle Bowman a déclaré que, à la condition que l'économie continue de s'améliorer comme prévu, elle...

Fed : Bowman à l'aise avec le tapering
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Dans un discours, la gouverneure de la Fed Michelle Bowman a déclaré que, à la condition que l'économie continue de s'améliorer comme prévu, elle était "très à l'aise à ce stade avec une décision de commencer à réduire les achats d'actifs avant la fin de l'année et, de préférence, dès la prochaine réunion de novembre". Selon elle, les achats d'actifs obligataires ont globalement atteint leur objectif, tandis que les avantages restants pour l'économie seraient maintenant probablement dépassés par les coûts potentiels. Bowman se dit particulièrement préoccupée par le fait que les achats d'actifs pourraient désormais contribuer aux 'pressions' des valorisations, en particulier sur les marchés du logement et des actions, ou que le maintien d'une politique monétaire très accommodante à ce stade de l'expansion économique puisse présenter des risques pour la stabilité des anticipations d'inflation à long terme. Elle s'attend à ce que les lectures mensuelles de l'inflation se modèrent avec la résolution progressive de divers goulets d'étranglement de l'offre. Néanmoins, il existe toujours un risque important que les pressions sur les prix liées à l'offre puissent durer plus longtemps que prévu.

La Réserve fédérale américaine a étudié une réduction de ses achats d'actifs de 15 milliards de dollars par mois, soit à partir de la mi-novembre, soit à partir de la mi-décembre, selon le rapport de la dernière réunion de la Fed, les 21 et 22 septembre dernier, publiée hier soir. Selon ces "Minutes", plusieurs responsables de la banque centrale américaine se sont prononcés en faveur d'une réduction plus importante que le rythme mensuel de 15 Mds$. Certains d'entre eux ont exprimé leur inquiétude sur l'inflation, qui pourrait "s'avérer plus durable qu'attendu". A Wall Street, les marchés boursiers ont peu réagi après la publication des "Minutes", qui confirment des informations que la Réserve fédérale a déjà distillées ces dernières semaines aux marchés. A la clôture, le Dow Jones a fini stable et le Nasdaq a progressé de 0,7%.

Pour soutenir l'économie américaine face aux effets de la crise du coronavirus, la Fed achète actuellement pour 120 Mds$ par mois d'obligations d'Etat (80 Mds$) et de créances adossées à des crédits hypothécaires ou MBS (40 Mds$). Si elle réduit ces achats de 15 Mds$ par mois (-10 Mds$ d'emprunts d'Etat et -5 Mds$ de MBS) , il lui faudra 8 mois pour mettre fin à ce programme de soutien face à la pandémie, qui s'achèvera donc à la mi-juillet 2022 si le "tapering" commençait à la mi-novembre, ou à la mi-août s'il démarrait mi-décembre. La prochaine réunion de la Fed, qui se déroulera les 2 et 3 novembre prochains, devrait être l'occasion de préciser ce calendrier.

Certains responsables de la Fed estiment cependant qu'il faudrait accélérer ce rythme, dont James Bullard. Le président de la Fed de Saint-Louis (membre non-votant actuellement ), a ainsi déclaré à la chaîne 'CNBC' qu'il soutiendrait un début de "tapering" dès novembre et qu'il souhaiterait que le processus s'achève dès la fin du premier trimestre 2022, afin d'être en mesure de réagir aux risques potentiels concernant l'inflation l'année prochaine.

Lors de sa conférence de presse du 22 septembre, le président de la Fed Jerome Powell avait estimé de son côté que le processus pourrait d'achever "vers la mi-2022". Par ailleurs, les nouvelles projections de la Fed estimaient que les premières hausses de taux directeurs (actuellement proches de zéro) devraient se produire courant 2022 et non en 2023 comme estimé il y a quelques mois...

La tâche des banquiers centraux est compliquée par la hausse de l'inflation, qui s'avère plus durable que prévu, et a accéléré en septembre à 5,4% sur un an aux Etats-Unis en septembre, au plus haut depuis 8 ans. La situation semble justifier une politique monétaire un peu moins accommodante, mais la Fed ne souhaite pas retirer son soutien trop vite dans un contexte de ralentissement de la reprise économique, pour cause de variant delta du Covid. La reprise du marché du travail, notamment, reste inégale aux Etats-Unis, même si les déceptions d'août et septembre sur les créations d'emplois ne devraient pas dévier la Fed de ses projets de "tapering".

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !