»
»
»
Consultation

Etude : la part de l'économie souterraine représente 9,9% du PIB en France

Etude : la part de l'économie souterraine représente 9,9% du PIB en France

204 milliards euros...

Etude : la part de l'économie souterraine représente 9,9% du PIB en France
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Selon une étude sur l'économie souterraine publiée par Visa Europe, la crise économique a incité les gouvernements de nombreux pays européens à prendre des mesures pour lutter contre ce phénomène. Cela afin d'accroître leurs recettes fiscales et de favoriser la reprise. En 2013, le poids de l'économie souterraine en Europe devrait atteindre 2.100 milliards d'euros, soit l'équivalent de 18,5% du PIB européen. Bien que ce niveau soit le plus bas observé en Europe depuis dix ans, le rapport indique que l'économie souterraine repose sur des transactions en espèces alimentées principalement par le travail "au noir" et la sous-déclaration des revenus.

L'étude "L'Economie souterraine en Europe, 2013 - L'utilisation des moyens de paiement électroniques pour combattre l'économie souterraine" fait un état des lieux sur l'ampleur de cette économie parallèle en Europe. Ainsi, la part de l'économie souterraine représente 8 à 10% du PIB en Suisse, en Autriche, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni et près de 30% du PIB en Bulgarie, en Croatie, en Lituanie et en Estonie.

De précédentes éditions de l'étude ont mis en évidence un lien important entre l'économie souterraine et le cycle économique, sujet sur lequel le rapport 2013 se penche de nouveau. L'étude 2013 met notamment en lumière les efforts des gouvernements européens pour trouver des solutions innovantes et intelligentes afin de réduire leurs déficits budgétaires en luttant contre l'économie souterraine au lieu de s'appuyer uniquement sur des hausses d'impôts ou la réduction des dépenses.

Le travail non-déclaré représente les deux tiers de l'économie souterraine en Europe, le tiers restant provenant de la sous-déclaration des revenus. Le rapport montre que les différentes mesures des pouvoirs publics conçues pour s'attaquer à ces deux fléaux contribuent à faire évoluer la situation. L'étude met par ailleurs en évidence l'efficacité des moyens de paiement électroniques dans la lutte contre l'économie souterraine. Pour exemple, la Roumanie a notamment introduit ces dernières années un système national de paiement des taxes par carte bancaire via des terminaux classiques ou Internet. Cette initiative innovante a permis aux paiements par carte d'augmenter de 34% d'une année sur l'autre.

Lorsque les mesures de lutte contre l'économie souterraine font appel à l'introduction ou à l'utilisation accrue des moyens de paiement électroniques, une réduction considérable de son importance est alors constatée. Ainsi, l'étude indique que l'utilisation ciblée des moyens de paiement électroniques permettrait de réduire le poids de l'économie souterraine en Europe de 10% (soit plus de 200 milliards d'euros), notamment si elle s'accompagne d'une lutte accrue contre la sous-déclaration, un aspect souvent minimisé dans les efforts des pouvoirs publics.

Selon l'étude, les pratiques courantes des pays européens permettent de croire qu'il existe un lien évident entre la taille de l'économie souterraine et le volume des paiements électroniques réalisés. Ainsi, dans les pays où les moyens de paiement électroniques sont couramment utilisés, tels que le Royaume-Uni, la taille de l'économie souterraine est nettement moins importante que dans un pays comme la Bulgarie, où les paiements électroniques sont pratiqués dans une moindre mesure.

Les secteurs les plus touchés par l'économie souterraine sont le bâtiment, le commerce de détail, l'industrie, le tourisme et le transport. Dans le cas du commerce de détail par exemple, l'étude montre que le commerce en ligne favorise la transparence et freine l'économie souterraine en limitant les possibilités de sous-déclaration.

La France est parmi les pays de l'Europe de l'Ouest avec l'un des plus bas niveau d'économie souterraine. Selon le rapport, la France est en cinquième position la plus basse en termes d'économie souterraine en Europe. Elle se situe tout juste derrière la Grande-Bretagne, et est loin derrière la moyenne européenne qui s'élève à 18,5%.

La part de l'économie souterraine en France correspond à 9,9% du PIB et s'élève à environ 204 milliards euros. Sur les cinq dernières années (2008-2013) la part de l'économie souterraine a diminué progressivement et est passée de 11,8% en 2008 jusqu'à 9,9% en 2013.

Selon le rapport, il existe aussi une forte corrélation entre le développement de l'économie souterraine et l'achat sur la toile en France :

La part des achats en ligne en France a augmenté progressivement, en passant respectivement de 44 à 57% de l'ensemble de la population en 2009 et 2012. Sur la même période l'économie souterraine a décru de 11,6 à 10,8% du PIB.

Le rapport publié par Visa Europe souligne également le niveau très bas de l'économie souterraine en France, due à la fois à une forte progression des achats en ligne, et aussi grâce à une forte implantation du système bancaire en France.

L'étude surligne l'effet positif des mesures spécifiques prises par les institutions publiques, les banques et les acteurs des systèmes de paiement de différents pays européens pour encourager leurs concitoyens à agir de manière responsable. Des mesures, telles que le déploiement de l'administration en ligne, la possibilité de payer pour différents services publics par voie électronique, contribuent pour beaucoup à changer les habitudes. L'étude appelle toutefois les pouvoirs publics à réaliser le potentiel des moyens de paiement électroniques pour juguler l'économie souterraine.

©2013-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com