Etats-Unis : une pandémie des non-vaccinés ?

Etats-Unis : une pandémie des non-vaccinés ?

La tension monte d'un cran, face à la progression des variants

Etats-Unis : une pandémie des non-vaccinés ?
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Rochelle Paula Walensky, médecin-scientifique américaine et directrice des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) et administratrice de l'Agence du registre des substances toxiques et des maladies, a prévenu d'une "pandémie des non-vaccinés" aux Etats-Unis, expression également utilisée, d'ailleurs, par le président Joe Biden en personne. Les cas, hospitalisations et morts, restent inférieurs aux pics de l'hiver dernier, mais Walensky prévient de l'urgence d'une vaccination générale. "Cela devient une pandémie des non-vaccinés", assure la responsable, alors que les nouveaux cas de coronavirus ont grimpé de 70% sur la semaine passée aux USA, ce qui laisse craindre de nouvelles restrictions.

Une vaste majorité des patients hospitalisés aux Etats-Unis ne sont pas vaccinés. Ainsi, selon le Wall Street Journal, les hôpitaux des régions américaines où les taux de vaccination sont les plus faibles se préparent à une flambée épidémique. De nombreuses villes américaines sont susceptibles de réinstaurer par conséquent l'obligation du port du masque et d'autres mesures restrictives, face notamment au très contagieux variant Delta.

La lassitude l'emporte du côté de l'administration Biden, qui critique vivement la gestion de l'information sur les vaccins sur les réseaux sociaux. La cible principale est le géant californien Facebook. Le groupe de Mark Zuckerberg a estimé pour sa part ne pas être responsable de l'échec de la Maison blanche en matière de vaccination et du fait que l'objectif des 70% d'Américains vaccinés n'ait pas été atteint au 4 juillet. Les responsables américains soulignent que depuis l'accession au pouvoir de l'équipe Biden, cette dernière a rencontré Facebook, Twitter, Snapchat ou Pinterest afin de renforcer les protections contre la diffusion de fausses informations. Des responsables ont indiqué au Wall Street Journal que durant les derniers mois, les réunions avec Facebook avaient perdu de leur intérêt, la compagnie ne délivrant que des réponses insatisfaisantes.

Biden a donc choisi tout récemment de mettre les problèmes sur la table en accusant tout simplement Facebook de "tuer des gens" en laissant se propager la désinformation sur les vaccins. "La seule pandémie qui nous touche frappe des personnes qui ne sont pas vaccinées. Ils tuent des gens", a assuré Biden en fin de semaine dernière. Facebook a rapidement répondu, estimant plutôt "sauver des vies" et jugeant infondées ces accusations.

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !