Accueil
»
Bourse
»
Macro Economie
»
Consultation

Etats-Unis : Trump pense que Khashoggi est mort et menace l'Arabie saoudite

Etats-Unis : Trump pense que Khashoggi est mort et menace l'Arabie saoudite

Le Président américain Donald Trump a durci le ton face à l'Arabie saoudite

Etats-Unis : Trump pense que Khashoggi est mort et menace l'Arabie saoudite
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le Président américain Donald Trump a durci le ton face à l'Arabie saoudite. Trump, interrogé dans le bureau ovale de la Maison Blanche par des reporters, a estimé que le journaliste saoudien Jamal Khashoggi était "certainement" mort. Trump a ajouté que sa disparition était "une très mauvaise affaire". Khashoggi est rappelons-le porté disparu depuis le 2 octobre et sa visite au consulat d'Arabie saoudite d'Istanbul. Le Président américain paraît donc sûr du décès du journaliste, même s'il attend toujours le résultat des investigations.

Châtiment sévère

Le Président américain avait déjà promis un "châtiment sévère" à l'Arabie saoudite en cas d'implication dans cette disparition du journaliste saoudien. Ryad avait démenti les accusations et menacé de répliquer en cas de sanctions. Rappelons que Khashoggi est (était ?) un journaliste saoudien opposant au régime, disparu depuis deux semaines après s'être rendu au consulat d'Arabie saoudite à Istanbul... Le secrétaire américain au Trésor Steve Mnuchin, quant à lui, comptera, sans surprise, au nombre des responsables politiques ayant décidé de boycotter le sommet économique de Ryad, 'Davos du désert' prévu du 23 au 25 octobre. Fox Business et Goldman Sachs se sont aussi retirés de l'événement, comme l'avaient décidé avant eux Google, JP Morgan ou Ford.

Trump maintient ses menaces

Trump a ajouté hier que la probable mort de Khashoggi était "très triste". Le Président US a prévenu que les conséquences allaient être "très sévères", s'il s'avérait exact que l'Arabie saoudite soit impliquée. Dans une interview accordée au 'New York Times', Trump a aussi dit sa confiance dans les informations des services de renseignement indiquant une probable implication saoudienne dans l'assassinat présumé. Donald Trump a tout de même jugé qu'il était encore trop tôt pour être certain de l'identité du commanditaire.

Un interrogatoire qui aurait mal tourné

L'agence Reuters précise pour sa part que de source turque, Jamal Khashoggi, exilé depuis un an aux Etats-Unis et écrivant dans le 'Washington Post', aurait été assassiné le 2 octobre dans le consulat. Son corps aurait ensuite été emporté. Les autorités turques seraient en possession d'un enregistrement audio attestant du crime commis dans le consulat, ont dit des sources turques à Reuters. Enfin, plusieurs médias américains ont évoqué cette semaine le décès du journaliste lors d'un interrogatoire.

©2018-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com