Accueil
»
Bourse
»
Macro Economie
»
Consultation

Etats-Unis : le contrôle du Sénat se joue mardi, Wall Street tremble

Etats-Unis : le contrôle du Sénat se joue mardi, Wall Street tremble

Le deuxième tour pour élire deux sénateurs dans l'Etat de Géorgie, ce mardi, pourrait faire basculer le Sénat dans le camp démocrate, au grand dam des marchés financiers, qui craignent des hausses d'impôts.

Etats-Unis : le contrôle du Sénat se joue mardi, Wall Street tremble

(Boursier.com) — La bataille s'annonce serrée, ce mardi, pour le contrôle du Sénat américain, qui repose sur l'issue du deuxième tour pour élire deux sénateurs dans l'Etat de Géorgie... Les marchés financiers américains ont vacillé, lundi, dans la crainte que ces deux sièges ne soient remportés par des Démocrates, faisant renaître le spectre d'une "vague bleue" au Congrès, où la Chambre des représentants est déjà contrôlée par les Démocrates.

Ainsi, le 3 novembre dernier, les Américains ont élu le Démocrate Joe Biden pour succéder à Donald Trump à la Maison Blanche, mais ils ont aussi voté le même jour pour le renouvellement de la Chambre des représentants, ainsi que d'un tiers du Sénat. Les Démocrates, majoritaires à la Chambre, y ont donc maintenu leur contrôle, bien qu'avec une majorité moins confortable, tandis que le suspense n'est pas encore levé au Sénat.

La crainte d'une "vague bleue" plombe Wall Street

Composé de 100 membres (2 par Etat), le Sénat issu du vote du 3 novembre compte déjà 50 Républicains et 48 Démocrates, en attendant le résultats du 2ème tour de mardi pour les deux sièges géorgiens, pour lesquels aucun des candidats n'avaient obtenu la majorité au 1er tour.

L'enjeu est de taille, car si ces deux sièges étaient remportés par les Démocrates, le Sénat serait partagé à 50/50 sièges entre les deux partis, et basculerait de facto dans le camp démocrate, car il reviendrait alors à la vice-présidente (la Démocrate Kamala Harris) d'apporter une voix prépondérante lors du vote des lois.

Un tel scénario aurait des implications importantes pour les marchés financiers, en donnant plus de latitude à Joe Biden pour faire passer des mesures de gauche (hausses d'impôts, hausse des taxes sur les plus-values, réglementations accrues...) Les marchés craignent par dessus tout que Joe Biden ne remette en cause les fortes baisses d'impôts sur les sociétés mises en place en 2017 par Donald Trump, ce qui mettrait sous pression les profits des entreprises américaines et pèserait sur leur cours de Bourse.

Lundi soir à Wall Street, cette crainte a contribué à faire perdre environ 1,5% aux principaux indices américains.

Donald Trump et Joe Biden en meeting de campagne en Géorgie

Signe de l'importance de l'événement, Donald Trump et Joe Biden se sont tous deux rendus lundi soir en Géorgie pour soutenir leurs candidats respectifs. Le président élu a pris la parole à Atlanta, capitale de l'Etat, tandis que Donald Trump s'est exprimé à Dalton, dans une circonscription rurale et conservatrice du nord-ouest de l'Etat.

Mardi, la participation s'annonçait très importante pour ce scrutin, qui voit s'affronter d'une part Jon Ossoff (Démocrate) et David Perdue (sénateur républicain sortant) et d'autre part Raphael Warnock (Démocrate ) et Kelly Loeffler (sénatrice républicaine sortante).

Sur le papier, les Républicains (déjà en place sur les deux sièges) partent vainqueurs dans cet Etat, qui n'a pas élu de Démocrate au Sénat depuis 20 ans. En outre, la victoire d'un seul candidat républicain suffirait au parti pour conserver la majorité au Sénat (51 à 49), alors que les Démocrates doivent remporter les deux sièges pour faire basculer l'équilibre (50/50 + la voix de la vice-présidente).

Cependant, les derniers sondages étaient très serrés, rendant impossible de faire des pronostics fiables, ce qui a rendu les marchés financiers un peu nerveux...

Les Républicains plombés par Trump et leur refus d'une aide massive contre la crise du Covid

Il y a à peine un mois, les Républicains semblaient tenir la corde, mais leur avance s'est réduite à mesure que leur camp politique s'est divisé face à l'attitude jusqu'au-boutiste de Donald Trump, qui refuse toujours de reconnaître sa défaite à la présidentielle.

Le 'Washington Post' a révélé ce week-end une conversation téléphonique où le président sortant demande au responsable des élections en Géorgie de "trouver" les bulletins de vote nécessaires pour faire annuler sa défaite à la présidentielle dans cet Etat-clé, qui a basculé du côté démocrate lors de la présidentielle.

Par ailleurs, les réticences des Républicains à voter un vaste plan de soutien budgétaire face à la crise du coronavirus, semblent avoir été mal perçues jusque dans leur propre électorat. D'autant qu'ils ont refusé de porter de 600$ à 2.000$ l'aide directe aux ménages américains prévue dans le plan de 900 milliards de dollars qui a été adopté in extremis avant Noël. Paradoxalement, Donald Trump avait défendu lui aussi, contre son propre camp, le versement de chèques de 2.000$ par Américain...

©2021,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !