Accueil
»
Bourse
»
Macro Economie
»
Consultation

Etats-Unis : la Fed souffle le chaud et le froid sur la reprise

Etats-Unis : la Fed souffle le chaud et le froid sur la reprise

La Fed n'a pas modifié ses taux mercredi et s'est montrée moins pessimiste sur la récession en cours. Mais son patron Jerome Powell a prévenu que l'avenir restait "hautement incertain"...

Etats-Unis : la Fed souffle le chaud et le froid sur la reprise
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Tout en se montrant moins pessimiste qu'en juin sur la récession provoquée par la pandémie de coronavirus aux Etats-Unis, la Réserve fédérale n'en reste pas moins très prudente sur la poursuite de la reprise en cours, faute de visibilité sur l'évolution de la pandémie de coronavirus.

Mercredi soir, à l'issue de sa réunion de deux jours (la dernière avant l'élection présidentielle du 3 novembre), la Fed a maintenu, sans surprise, ses taux directeurs proches de zéro. Surtout, elle a clairement signalé que le taux des "fed funds" resterait à ce niveau plancher (entre 0% et 0,25%) au moins jusqu'à la fin 2023, compte-tenu de la faiblesse persistante de l'inflation... Dans ses dernières projections économiques, la Fed prévoit ainsi que l'inflation n'augmentera que très progressivement, pour atteindre 2% en 2023, selon la prévision médiane.

Ces projections montrent aussi que la banque centrale américaine est désormais moins pessimiste qu'en juin pour l'économie américaine. Elle prévoit désormais une contraction de 3,7% du PIB des Etats-Unis cette année, contre -6,5% prévu en juin. Le taux de chômage est attendu à 7,6% fin 2020, contre 9,3% prévu il y a trois mois...

Perspectives "hautement incertaines" et liées au coronavirus

Cependant, le président de la Fed Jerome Powell s'est montré prudent au cours de sa conférence de presse, ce qui a pesé sur la Bourse de New York en fin de séance (+0,13% pour le Dow Jones et -1,25% pour le Nasdaq en clôture). M. Powell a signalé les incertitudes qui entourent encore la reprise, déclarant ne pas être sûr que le rythme plus élevé que prévu de cette reprise pourra se poursuivre.

"La reprise a progressé plus vite que ce qui était généralement prévu", mais "le chemin devant nous demeure hautement incertain", a-t-il martelé. "Les perspectives économiques sont hautement incertaines et dépendront en grande partie de notre capacité à maîtriser le virus", a-t-il poursuivi. Il a aussi indiqué que la banque centrale est satisfaite de la taille et de la forme actuelle de ses programmes de rachat d'actifs mis en place de façon massive depuis le mois de mars pour surmonter la crise provoquée par la pandémie de Covid-19.

La Fed attend de nouvelles mesures de soutien budgétaires

Le patron de la Fed en a profité pour renouveler son appel aux partis politiques pour qu'ils s'accordent sur un nouveau plan de soutien budgétaire à l'économie américaine dans le cadre de la lutte contre la Covid-19... "La réponse en matière de politique budgétaire (un plan de 2.200 milliards de dollars en mars : ndlr) a eu un effet vraiment positif, mais il en faudra probablement davantage" pour surmonter la crise actuelle, a estimé le banquier central.

A ce sujet, la Maison Blanche s'est montrée plus ouverte mercredi, indiquant qu'elle était prête à faire des concessions dans les négociations avec les Démocrates, ajoutant que les Républicains du Sénat pourraient parvenir à un accord bipartisan dans une semaine à dix jours...

L'emploi passe désormais avant l'objectif d'inflation

La crise du coronavirus a entraîné la destruction de plus de 20 millions d'emplois en mars-avril aux Etats-Unis, et seulement environ la moitié de ces emplois ont été recréés depuis. "11 millions d'Américains sans emploi pourraient avoir besoin de plus de soutien en attendant de trouver de nouveaux emplois", a estimé Jerome Powell. Il a aussi souligné que de nombreux Etats américains et collectivités locales étaient confrontés à une chute de leurs revenus en raison de la crise économique.

Jerome Powell n'a pas apporté de détails supplémentaires concernant la nouvelle doctrine de la banque centrale en matière d'inflation, annoncée le 27 août dernier au symposium de Jackson Hole. Il avait alors annoncé que la Fed serait prête à l'avenir à accepter un peu plus d'inflation pour maximiser le niveau d'emploi, qui est l'un de ses mandats, avant de modifier ses taux.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !