Accueil
»
Bourse
»
Macro Economie
»
Consultation

Etats-Unis : la courbe des taux s'inverse par crainte du coronavirus

Etats-Unis : la courbe des taux s'inverse par crainte du coronavirus

L'aversion au risque provoquée par le coronavirus chinois a fait plonger les taux d'intérêts de la dette des pays développés. Aux Etats-Unis, les taux à 10 ans sont tombés sous les taux à 3 mois, une anomalie signalant la crainte d'une récession.

Etats-Unis : la courbe des taux s'inverse par crainte du coronavirus
Crédit photo © Boursier.com

(Boursier.com) — La propagation du coronavirus chinois a provoqué un mouvement de fuite vers les actifs jugés moins risqués, au premier rang desquels figurent les obligations émises par les Etats les plus solvables, ainsi que l'or, valeur-refuge traditionnelle, et les devises de référence comme le franc suisse et le yen.

Sur les marchés de la dette souveraine des pays développés, les cours des obligations ont nettement progressé depuis que le président chinois Xi Jinping a reconnu, le 20 janvier, que le coronavirus représentait une menace grave. Jeudi soir, l'OMS a qualifié l'épidémie d'"urgence de santé publique de portée internationale". Cette hausse des cours a entraîné une chute des taux, qui évoluent mécaniquement en sens inverse des cours des obligations.

Ainsi, aux Etats-Unis, le rendement de l'emprunt d'Etat (T-Bond) à 10 ans pointait vendredi soir à 1,52% (contre 1,58% la veille, soit -7 points de base), tombant sous le rendement du T-Bond à 3 mois (1,55%), une situation anormale signalant le retour des craintes de récession... Le 10 ans américain rapportait encore 1,92% il y a moins d'un mois, mais il a plongé depuis la mi-janvier à mesure que la crainte du coronavirus a crû. Le rendement du T-Bond à 30 ans est de son côté retombé vendredi sur le seuil psychologique des 2% (-2 pdb) contre 2,35% il y a un mois. En Europe, le rendement du Bund à 10 ans allemand, référence de la zone euro, a cédé vendredi 3 pdb à 0,44%, revenant à son plus bas niveau depuis la mi-octobre.

Le numéro 2 de la Fed, Richard Clarida, se montre rassurant

Dans un environnement de marché normal, les taux d'intérêts à long terme sont supérieurs à ceux à court terme. La situation inverse signifie que les opérateurs anticipent une nette dégradation de la conjoncture. Historiquement, les inversions de courbe ont souvent été suivies de récessions dans les trimestres suivants. Toutefois, la courbe américaine s'est déjà inversée plusieurs fois en 2019 sans pour autant que les craintes de récession ne se matérialisent.

Vendredi, le vice-président de la Réserve fédérale, Richard Clarida, a commenté cette inversion de la courbe des taux américains à 10 ans et 3 mois, assurant qu'il n'était pas inquiet de la situation, qui traduit selon lui uniquement la crainte du virus et non des perspectives de récession aux Etats-Unis. "Je ne suis pas inquiet au sujet de l'inversion de la courbe des taux", qui traduit avant tout un afflux de capitaux vers les marchés obligataires américains en quête de sécurité, ce qui fait baisser les taux, a-t-il déclaré sur 'Bloomberg Television'.

"L'économie américaine est dans une bonne position", a ajouté le numéro deux de la Fed, deux jours après que la banque centrale américaine a maintenu le statu quo sur ses taux directeurs. Comme le président de la Fed Jerome Powell mercredi, M. Clarida a ajouté que la Fed surveillait de près l'impact du coronavirus, qu'il est "trop tôt" pour mesurer. "Si cela provoquait un ralentissement de la croissance sur un ou deux trimestres, cela ne changerait probablement pas grand-chose à la situation générale", a-t-il estimé.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !