Etats-Unis : emploi, prix et Fed

Etats-Unis : emploi, prix et Fed

Wall Street reste orienté dans le rouge pour l'heure, avant bourse ce jeudi...

Etats-Unis : emploi, prix et Fed
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street reste orienté dans le rouge pour l'heure, avant bourse ce jeudi, après sa chute de la veille menée par les valeurs technologiques. Le S&P 500 abandonne encore 0,7%, le Dow Jones 0,5% et le Nasdaq 1,1%. Hier soir, l'indice technologique avait décroché de 3,2% et le Dow Jones de plus de 1%, suite à des chiffres toujours préoccupants de l'inflation américaine, proches de sommets de 41 ans, laissant bien peu de marge à la Fed, contrainte de remonter les taux le plus rapidement possible.

Sur le Nymex ce jeudi, le baril de brut WTI perd 2% à 103,5$. L'once d'or consolide de 0,2% à 1.849$. L'indice dollar bondit de 0,6% face à un panier de devises de référence. Le bitcoin trébuche vers les 28.000$.

Les inquiétudes sur le resserrement monétaire des banques centrales dans un contexte de ralentissement de l'activité pèsent lourdement sur les actifs à risque. Les données d'hier du CPI américain (prix à la consommation) ne sont néanmoins pas considérées comme suffisamment alarmantes pour déplacer les attentes de hausse des taux de la Fed à 75 points de base, et il y a eu peu de changement dans les attentes de hausse des taux après les données. Il n'y a pas non plus beaucoup de changement dans les développements macroéconomiques en dehors des États-Unis. Les responsables de la BCE sont de plus en plus à l'aise avec l'idée d'un relèvement des taux en juillet. Des sources ont indiqué la possibilité de trois hausses d'ici la fin de l'année. L'inflation suédoise a atteint quant à elle son plus haut niveau depuis 1991, soutenant les attentes de hausse des taux de la Riksbank.

Pendant ce temps, les relations UE-Royaume-Uni font la une des journaux après que Londres eut envisagé d'abandonner le protocole de l'Irlande du Nord. Cette situation fait peser le risque d'une guerre commerciale, l'UE étant susceptible de répliquer par des tarifs douaniers infligés au Royaume-Uni. Des sources du Financial Times ont quant à elles déclaré que le chancelier Sunak préparait un paquet économique d'été pour les ménages.

En Ukraine, les derniers rapports suggèrent un refoulement des forces russes qui pourrait modifier l'élan de la guerre. La Finlande a annoncé enfin aujourd'hui, comme attendu, son intention d'adhérer "sans délai" à l'OTAN. La Suède devrait rapidement suivre l'exemple d'Helsinki.

Sur le front économique à Wall Street ce jour, les inscriptions hebdomadaires au chômage pour la semaine close au 7 mai seront communiquées à 14h30 (consensus FactSet 200.000). L'indice des prix à la production pour le mois d'avril sera révélé à la même heure (consensus +0,5% en comparaison du mois antérieur et +10,7% sur un an ; +0,6% et +8,9% hors alimentaire et énergie). Mary Daly, présidente de la Fed de San Francisco, s'exprimera dans la journée.

Dans l'actualité des entreprises américaines, Walt Disney corrige avant bourse au lendemain de ses comptes trimestriels, le marché craignant des difficultés dans le développement des activités de streaming - malgré de nouveaux abonnements Disney+ supérieurs aux attentes. Les bénéfices trimestriels du groupe de divertissement sont ressortis un peu courts, mais c'est surtout l'anticipation d'une plus faible croissance dans le streaming qui pèse. Rivian a aussi publié hier soir, et pointe en hausse avant bourse après avoir confirmé ses objectifs unitaires. Ce jeudi, Alibaba, Motorola Solutions, Nio Inc, Citrix ou Tapestry, annoncent leurs derniers comptes.

©2022

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !