»
»
»
Consultation

Etats-Unis : "à la fin, tout le monde sera content", lance Trump

Wall Street remonte encore avant bourse ce mardi, après son rally de la veille...

Etats-Unis : 'à la fin, tout le monde sera content', lance Trump
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street remonte encore avant bourse ce mardi, après son rally de la veille. Le S&P500 est attendu en progression de 0,6% et le Nasdaq en hausse de 1% en pré-séance, alors que la méthode très agressive de Donald Trump pour renégocier les accords commerciaux... semble fonctionner !

Ainsi, Washington aurait entamé des négociations avec Pékin pour éviter une guerre commerciale. Trump avait précédemment menacé la Chine de sanctions commerciales importantes visant 50 à 60 milliards de dollars de produits technologiques ou télécoms, trois semaines seulement après les annonces de taxes sur l'acier et l'aluminium (qui concernaient surtout le Canada, l'Union européenne et la Corée du Sud).

Justement, les USA viennent de s'accorder avec la Corée du Sud, ce qui épargnera finalement à cette dernière les tarifs douaniers de Trump sur l'acier et l'aluminium. Tout comme le Canada, le Mexique et l'Europe, la Corée du Sud est donc finalement exemptée ! La Corée du Sud a accepté pour cela une série de concessions. Le pays réduira de 30% ses exportations d'acier vers les Etats-Unis, ouvrira son marché automobile aux constructeurs américains, et a accepté de prolonger de 20 ans, jusqu'à 2041, les taxes américaines de 25% sur les pick-ups sud-coréens.

Du côté de l'Union européenne, Jean-Claude Juncker, le président de la Commission a réclamé que l'UE soit exemptée de façon permanente des droits de douane américains sur l'acier et l'aluminium, alors que les exemptions temporaires expireront le 1er mai prochain...

Après avoir fait vaciller les marchés - qui détestent l'incertitude -, la méthode Trump paraît donc maintenant convaincre. Washington aurait demandé à la Chine d'abaisser ses droits de douane sur les voitures américaines, d'acheter davantage de semis 'made in USA' et de faciliter l'accès des établissements américains à son secteur financier. En cas d'accord sur ces questions, les États-Unis appliqueraient avec moins de rigueur les barrières douanières envisagées. L'objectif affiché étant de réduire le déficit commercial colossal des Etats-Unis face à la Chine... Selon le 'WSJ', les négociations seraient menées par le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin et le représentant au commerce Robert Lighthizer côté américain et par Liu He, le "tsar" de l'économie en Chine. Steven Mnuchin s'est déclaré dimanche "prudemment optimiste sur la possibilité d'un accord", sur la chaîne TV américaine 'Fox News'.

Du côté de Pékin, le ton est cependant loin d'être aussi optimiste... Hua Chunying, une porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a appelé lundi Washington, à "cesser l'intimidation et l'hégémonie économiques".

Donald Trump, lui, conserve son optimisme. Sur le réseau social Twitter, le président américain explique que "des négociations commerciales se poursuivent avec de nombreux pays qui, pendant de longues années, n'ont pas traité de manière juste les Etats-Unis. A la fin, tout le monde sera content !", promet Trump.

Sur Twitter encore, Trump s'est félicité de la performance de Wall Street hier soir (+2,84% sur le Dow Jones et +3,26% sur le Nasdaq). En particulier, le président américain a salué la troisième plus forte progression (en nombre de points) de l'histoire du Dow.

Sur le front économique aux USA ce mardi, l'indice S&P Corelogic Case-Shiller des prix américains de l'immobilier pour le mois de janvier sera publié à 15 heures (consensus +0,7% pour l'indice '20-city' ajusté des variations saisonnières, en comparaison du mois antérieur). L'indice de confiance des consommateurs américains mesuré par le Conference Board pour le mois de mars 2018, quant à lui, sera révélé à 16 heures (consensus 131). L'indice manufacturier de la Fed de Richmond pour le mois de mars sera annoncé à la même heure (consensus 22). L'indice de confiance des investisseurs institutionnels mesuré par State Street sera dévoilé dans l'après-midi.

Red Hat publiait ses trimestriels hier soir à Wall Street. McCormick annonçait ce matin...

Dans la pharmacie, le Suisse Novartis revend au Britannique GlaxoSmithKline, pour 13 Mds$, ses 36,5% dans leur coentreprise de médicaments sans ordonnance. Enfin, le Néerlandais AkzoNobel a signé la vente de sa division chimie de spécialités à Carlyle et GIC pour 10,1 MdsE.

LES VALEURS

Facebook terminait hier la journée sur un gain de 0,4% à 160$, après un plongeon de plus de 6% en début de séance à 149$ à Wall Street. L'affaire Cambridge Analytica fait évidemment toujours des remous. Mark Zuckerberg était d'ailleurs prié de témoigner devant le Parlement britannique à propos des accusations concernant l'utilisation inappropriée des données personnelles de millions d'utilisateurs du réseau. Le patron de Facebook a préféré confier cette tâche délicate à son 'chief technology officer' Mike Schroepfer et/ou à son directeur produit Chris Cox. Les deux hommes seront bien placés pour répondre aux questions des autorités britanniques, affirme Facebook.

Facebook doit désormais restaurer la confiance, une étude de Baird suggérant une baisse supplémentaire de l'engagement des utilisateurs du réseau social californien durant les récentes semaines, plus particulièrement chez les populations les plus jeunes.

La FTC, qui n'avait pas commenté les rumeurs d'enquête la semaine dernière, a par ailleurs admis hier qu'elle planchait bien sur le dossier Facebook. Après cette affaire 'CA' qui impliquerait l'utilisation inappropriée des données personnelles d'environ 50 millions d'utilisateurs, la Commission fédérale américaine du commerce va mener son investigation concernant les pratiques du groupe de Menlo Park et l'éventuelle violation d'un décret de consentement liant Facebook à l'agence, et remontant à 2011. La FTC affirme qu'elle prend "très au sérieux" les récents articles de presse soulevant des doutes substantiels concernant les pratiques de Facebook en matière de respect de la vie privée...

McCormick a présenté ses résultats du premier trimestre fiscal. Les bénéfices sont de 422,6 M$ (3,18$ par action), contre 93,5 M$ (0,74$ par action) un an avant. En base ajustée, le bpa ressort à 1$. Les ventes s'élèvent à 1,24 Md$, en croissance de 19%. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,90$, pour des revenus de 1,24 Md$. Sur l'exercice, le groupe vise un bpa compris entre 4,85 et 4,95$, pour des ventes en hausse de 13 à 15%.

Red Hat devrait se distinguer à Wall Street ce jour. Le titre est attendu en vive hausse au lendemain des comptes trimestriels. Le concepteur de logiciels a affiché au quatrième trimestre fiscal une perte nette de 13 M$ et 7 cents par titre, contre un profit de 66 M$ et 36 cents par action un an avant. Le bénéfice ajusté s'est toutefois élevé à 167 M$ soit 91 cents par action, contre 61 cents un an plus tôt et 81 cents de consensus. Les revenus trimestriels ont progressé de 23% à 772 M$, contre 762 M$ de consensus.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Etats-Unis : "à la fin, tout le monde sera content", lance Trump

Partenaires de Boursier.com