»
»
»
Consultation

Energie : le gouvernement bloque les projets pétroliers de Shell en Guyane

Energie : le gouvernement bloque les projets pétroliers de Shell en Guyane

La Guyane française devra patienter pour profiter de la manne pétrolière... La nouvelle ministre de l'Ecologie, du développement durable et de...

Energie : le gouvernement bloque les projets pétroliers de Shell en Guyane
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La Guyane française devra patienter... La nouvelle ministre de l'Ecologie, du développement durable et de l'énergie, Nicole Bricq, vient en effet de stopper les projets du groupe Royal Dutch Shell, qui s'apprêtait à démarrer fin juin 4 forages exploratoires à 150 km au large des côtes guyanaises.

La ministre entend ici "remettre à plat tous les permis" de forages exploratoires délivrés en France, et compte "réformer en profondeur" le code minier, dont la rédaction remonte à 1810 et qui n'a été que peu modifié depuis 200 ans... "Dans le cadre d'un code minier inadapté et obsolète, le précédent gouvernement a octroyé un permis exclusif de recherches à un consortium privé sans contrepartie suffisante pour l'intérêt national", a estimé le ministère de l'Ecologie dans un communiqué. Ainsi, le nouveau code devrait donner plus de poids à l'information et la consultation des territoires concernés par les forages, et tenir compte de l'impact environnemental de ces projets...

Shell, qui attendait aujourd'hui même la signature de deux arrêtés préfectoraux l'autorisant à démarrer ses forages, en est donc pour ses frais... La 'major' devra désormais attendre "le temps d'un travail en profondeur et général sur la manière dont sont instruites et validées les demandes de permis d'hydrocarbures"...

Rappelons que Shell, chef de file du projet avec 45% des parts, et ses partenaires Total (25%) et le britannique Tullow Oil (27,5%) ont annoncé en septembre 2011 avoir découvert des réserves substantielles de pétrole dans l'offshore guyanais. Du côté de la compagnie anglo-néerlandaise, la stupéfaction est de mise depuis ces annonces. "Pour nous tout était sur les rails, nous attendions juste les prescriptions techniques qui nous autorisait à faire les forages", a indiqué le porte-parole de Shell France. Ce contretemps promet en outre de coûter très cher à Shell et à ses alliés, qui ont mobilisé sur place une flotte de navires, du matériel de forage et du personnel : la facture pourrait atteindre 1 Million d'Euros par jour de retard, selon un expert du secteur...

De son côté, Jean-Louis Schilansky, le président de l'Ufip (Union française des industries pétrolières) estime que ce report est "un très mauvais signal à l'industrie" pétrolière : "Entre le débat public et l'adoption d'une loi, les procédures prendront beaucoup de temps, alors que de nombreux pays, les États-Unis en tête, s'attèlent à des chantiers majeurs dans l'énergie", a déploré le responsable...

En France, la refonte du code minier devrait aussi permettre de clarifier la situation concernant l'exploitation du gaz et de l'huile de schiste... Rappelons que face à de nombreuses pressions, le gouvernement Fillon a fait adopter en juillet 2011 une loi interdisant le recours à la fracturation hydraulique pour rechercher le gaz et l'huile de schiste, une technique qui pose des problèmes environnementaux. Le nouveau ministère de l'Ecologie a rendu publique le 7 juin dernier une carte de France des permis de recherche de gaz de schistes, déjà délivrés ou en demande, dans un souci de transparence et de pédagogie...

©2012-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com