»
»
»
Consultation

Economie : la prime concernerait "seulement" 25 sociétés du CAC40

Economie : la prime concernerait "seulement" 25 sociétés du CAC40

Combien de salariés toucheront-ils la prime liée aux dividendes promise par Nicolas Sarkozy ? Le ministre du Budget François Baroin estimait récemment...

(Boursier.com) — Combien de salariés toucheront-ils la prime liée aux dividendes promise par Nicolas Sarkozy ? Le ministre du Budget François Baroin estimait récemment que "potentiellement, 40.000 entreprises sont concernées, ce qui représente 8 millions de salariés". Au sein du seul CAC 40, 'Les Echos' ont calculé que seules 25 des 40 plus grandes sociétés françaises devront verser la prime cette année. Et plusieurs très grandes entreprises, dont Total, Vivendi, Carrefour ou encore EDF, ne la verseront pas ! En effet, la prime n'est obligatoire que pour les groupes qui augmenteront leurs dividendes cette année (cette hausse étant calculée sur le dividende par action, comparé à la moyenne des deux années précédentes, précisent 'Les Echos'). Ainsi, si Total affiche le plus gros bénéfice net de France avec 10,6 Milliards d'Euros dégagés en 2010 (+25%), son dividende a stagné à 2,28 Euros par action depuis 2009...

Outre ceux des sociétés déjà citée, les salariés d'Accor, d'Alcatel-Lucent, d'ArcelorMittal, de Bouygues, du Crédit Agricole, de France Télécom, de GDF Suez, de Lafarge, de Suez Environnement, de Vallourec et de Veolia passeront également leur tour cette année... A noter qu'aucune des grandes entreprises publiques (EDF, GDF Suez, France Télécom) ne sera tenue de verser cette prime en raison d'une stagnation ou d'une baisse de leurs dividendes versés en 2011.

L'effet réel de cette prime sur le pouvoir d'achat et sa répartition pour le moins aléatoire auprès des salariés français devrait ainsi continuer d'alimenter la polémique... Laurence Parisot, la patronne du Medef, l'a jugée tour à tour "inepte", "néfaste" et "ruineuse" notamment pour le "capitalisme familial"...

De leur côté, les syndicats ne sont toujours pas non plus convaincus de son utilité... François Chérèque (CFDT) qualifie d'"erreur" le principe d'une prime obligatoire dans les grandes entreprises, affirmant que cela allait "diviser les salariés", tout en étant un "cadeau" au patronat. De son côté, la CGT a dénoncé des "tentatives électoralistes" du chef de l'Etat à un an de l'élection présidentielle...

©2011-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com