»
»
»
Consultation

Chine et Etats-Unis vont causer commerce à Pékin

Chine et Etats-Unis vont causer commerce à Pékin

La rencontre est prévue dès le début de semaine prochaine

Chine et Etats-Unis vont causer commerce à Pékin
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Quoi de mieux que des négociations commerciales au plus haut niveau pour redonner un peu de tonus à des marchés boursiers outrageusement déprimés ? Wall Street est ainsi attendu en vive hausse, alors que les places européennes se redressent ce vendredi, dans l'attente de nouvelles négociations commerciales entre les USA et la Chine. Les échanges auront lieu à Pékin les 7 et 8 janvier. Après une année 2018 marquée par l'escalade des menaces commerciales et des sanctions réciproques, Washington et Pékin vont donc tenter de renouer le dialogue, dans cette période de trêve.

Discussions 'positives et constructives' espérées

Une équipe américaine menée par le représentant adjoint du commerce des États-Unis, Jeffrey Gerrish, se rendra donc à Pékin pour mener des discussions espérées 'positives et constructives' avec des intervenants chinois. C'est du moins ce qu'affirme le ministère chinois au Commerce dans un communiqué. Les dates ont été confirmées ce jour. Les détails des discussions ne sont cependant pas connus.

Arrêt des hostilités

Rappelons que les Etats-Unis et la Chine ont accepté une trêve commerciale, lors du sommet argentin de Buenos Aires en fin d'année dernière. Ce cessez-le-feu, intervenant après une guerre commerciale féroce durant laquelle USA et Chine s'étaient imposés des prélèvements douaniers supplémentaires et réciproques sur des dizaines de milliards de produits, a débuté le 1er décembre 2018 et doit durer 90 jours, le temps pour l'administration Trump et celle de Xi Jinping de conclure enfin un accord global. Durant cette période de trêve, aucun nouveau prélèvement douanier ne devrait être imposé...

Évidemment, si aucun accord n'est trouvé avant le mois de mars, les deux pays risquent de reprendre les hostilités. Les Etats-Unis pourraient ainsi mettre en application de nouvelles hausses de prélèvements imposées aux importations chinoises, et Pékin devrait alors bien évidemment répliquer.

Progrès notables ?

La Chine a fait preuve d'une relative bonne volonté ces dernières semaines, en acceptant par exemple d'importer du riz américain, ou en assurant de son engagement en matière de propriété intellectuelle et de sa volonté de favoriser l'investissement étranger. Donald Trump a affirmé de son côté que les discussions progressaient bien vers un accord, mais on sait à quel point le Président américain peut rapidement changer de discours.

"Je viens juste d'avoir une longue et très bonne conversation téléphonique avec le Président Xi de Chine. L'accord avance très bien. S'il est réalisé, il sera très complet et couvrira tous les sujets, domaines et points de litige. Gros progrès en cours!", avait tweeté Trump le 29 décembre. Pékin avait de son côté ouvert fin décembre, pour la toute première fois ,la porte aux importations de riz en provenance des Etat-Unis... Xi espère un accord mutuellement bénéfique, même si la Maison Blanche presserait toujours la Chine, afin d'obtenir plus de détails sur la manière dont elle pourrait soutenir les exportations américaines ou assouplir ses régulations.

La Chine réagit face au ralentissement économique

Les autorités chinoises tentent dans le même temps de réagir, face au ralentissement économique local confirmé par les plus récentes statistiques. Ainsi, la Banque centrale chinoise a annoncé ce vendredi une réduction du coefficient des réserves obligatoires de liquidités que les banques doivent détenir de 100 points de base. La baisse des ratios RRR ('reserve requirement ratios') des établissements financiers locaux est la première de l'année 2019, mais la cinquième en un an. Cette réduction se fera en deux étapes, les 15 et 25 janvier. Les ratios RRR sont actuellement de 14,5% pour les grandes banques chinoises et 12,5% pour les établissements de plus petite taille. Cette initiative doit permettre de dégager, en net, 800 milliards de yuans (117 milliards de dollars) pour stimuler le crédit.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com