BCE : Christine Lagarde ouvre la voie à une hausse des taux en juillet

BCE : Christine Lagarde ouvre la voie à une hausse des taux en juillet

La présidente de la BCE a pour la première fois jugé plausible l'hypothèse, qu'elle a longtemps exclue, d'une première hausse des taux directeurs lors de la réunion de politique monétaire du 21 juillet prochain.

BCE : Christine Lagarde ouvre la voie à une hausse des taux en juillet
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Après les déclarations de plusieurs membres de la BCE en faveur d'un premier relèvement des taux directeurs en juillet pour lutter contre l'inflation, la présidente de l'institution, Christine Lagarde, a pour la première fois jugé plausible cette hypothèse, qu'elle a longtemps exclue.

La Banque centrale européenne pourrait ainsi commencer à relever ses taux d'intérêt dès le mois de juillet, a déclaré mercredi Mme Lagarde, dans un discours prononcé à Ljubljana, pour les trente ans de la banque centrale slovène. La BCE "va mettre fin" dans un premier temps à ses achats nets d'actifs "au début du troisième trimestre", soit juillet, puis "quelque temps après" une première hausse de taux interviendra", a déclaré Christine Lagarde, précisant que "cela pourrait signifier une période de quelques semaines seulement".

Or, l'institut monétaire a prévu de tenir une réunion de politique monétaire le 21 juillet prochain. "Après la première hausse des taux, le processus de normalisation sera progressif", a ajouté Christine Lagarde, ce qui laisse présager d'autres hausses de taux à venir après le premier amorçage de l'été.

Villeroy de Galhau voit l'inflation revenir à 2% dans les 2 ans

Dans la zone euro, l'inflation a atteint le taux record de 7,5% sur un an en avril, selon Eurostat, bien au-dessus de l'objectif de 2% visé par la BCE à moyen terme. Ce mercredi, le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a déclaré sur la chaîne 'France 5' qu'il fallait ramener l'inflation autour de 2% dans les deux ans à venir, ajoutant que tout serait fait en vue de cet objectif.

"C'est un engagement qu'avec Christine Lagarde et la Banque centrale européenne, que je prends ce soir", a martelé M. Villeroy de Galhau, qui est également membre du Conseil des gouverneurs de la BCE. "Nous ferons ce qu'il faut pour ramener l'inflation à 2%."

Vers 2 à 3 tours de vis d'un quart de point d'ici à la fin 2022 ?

Ces dernières semaines, de nombreuses voix se sont élevées au sein de la BCE pour prôner une politique monétaire plus restrictive face à l'inflation élevée. Le gouverneur de la banque centrale finlandaise, Olli Rehn, s'est notamment déclaré favorable, le 5 mai dernier, à une première hausse d'un quart de point du taux de dépôt (actuellement fixé à -0,5%) lors de la réunion du 21 juillet.

"A mon avis, il serait raisonnable d'augmenter le taux de dépôt de 0,25 point de pourcentage en juillet et d'ici l'automne, de le porter à zéro. Après cela, nous pourrions continuer à normaliser davantage la politique monétaire de manière progressive et proactive", a-t-il déclaré.

Le 21 avril dernier, le gouverneur de la Banque nationale de Belgique, Pierre Wunsch, avait de son côté considéré comme "une évidence" une remontée du taux de dépôt à zéro, voire en terrain légèrement positif, d'ici à la fin de l'année. Il s'était aussi dit favorable à un premier tour de vis en juillet. L'Allemand Joachim Nagel, le Néerlandais Frank Elderson, l'Espagnol Luis de Guindos, et le Letton Martins Kazaks ont également tous trois estimé ces derniers temps qu'une hausse des taux était possible, voire souhaitable, en juillet.

Idem pour l'économiste allemande Isabel Schnabel, qui a estimé mercredi qu'il "est temps de mettre fin aux mesures qui ont été activées pour lutter contre la faible inflation (...) Si notre engagement (à maîtriser l'inflation) devait être remis en question, il deviendrait nettement plus coûteux de ramener l'inflation vers notre objectif", a-t-elle mis en garde.

Le gouverneur estonien Madis Müller a lui aussi déclaré mercredi que le taux de dépôt de la BCE pourrait redevenir positif d'ici à la fin de l'année, ce qui n'est pas arrivé depuis 2014.

©2022

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !