Accueil
»
Bourse
»
Interviews
»
Consultation
Patrick Mange, Stratégiste marchés émergents chez BNP Paribas IP

Patrick Mange Stratégiste marchés émergents chez BNP Paribas IP

Les marchés émergents devraient surperformer les marchés matures en 2016

Boursier.com : Quelle est votre conviction concernant les marchés émergents pour 2016 ?

P.M. : A la question de savoir s'il y a une chance de voir les marchés émergents surperformer les marchés des pays matures en 2016, je réponds 'Oui'. Plusieurs éléments soutiennent cette hypothèse : tout d'abord le différentiel de croissance entre pays émergents et matures, en faveur des émergents, qui s'était resserré, tend de nouveau à s'élargir. Le FMI table sur une croissance du PIB nominale et réelle plus rapide dans les économies émergentes que dans celles du monde développé après la fin de l'année 2016...
Ensuite, les prix des matières premières qui ont engagé un rebond, hormis les métaux, est un facteur de soutien pour les économies émergentes. Il y a de bonnes raisons de penser que le pétrole va poursuivre son redressement vers les 60/70$, alors que l'offre et la demande vont s'équilibrer au troisième trimestre. Par ailleurs, les politiques monétaires devraient rester très accommodantes dans les pays développés. Enfin, le " hardlanding ", redouté en Chine, n'interviendra pas.

Boursier.com : La Chine n'est plus un sujet d'inquiétudes pour vous ?

P.M. : L'idée d'un atterrissage brutal en Chine cette année ou l'année prochaine n'inquiète plus, selon nous, les marchés financiers... Du moins dans l'immédiat. La Chine donnera la priorité à la croissance aux dépens des réformes prochainement dans le but de développer l'économie réelle avec une croissance entre 6% et 6,5% chaque année jusqu'en 2020. Comme en témoigne l'expansion massive du crédit, les nombreux incitants budgétaires et l'assouplissement monétaire, Pékin encourage à tout prix la croissance future, une politique qui commence à produire ses effets au niveau de l'activité.

Boursier.com : Concernant la Fed, partagez-vous l'idée que la hausse des taux n'interviendra pas avant la fin d'année ?

P.M. : Les conditions financières américaines sont déjà resserrées, même sans nouvelle hausse de taux de la part de la Fed... L'environnement économique actuel, il y a 10 ans, entrainerait la possibilité de baisse des taux d'intérêt ! La Fed est toutefois engagée dans une question de crédibilité par rapport à sa parole donnée... Mais je pense que la crédibilité passera après la nécessité...

Boursier.com : Concrètement quels pays émergents ont vos faveurs ?

P.M. : Nous sommes positifs sur l'Indonésie, la Malaisie, les Philippines, la République Tchèque et la Hongrie. Neutres sur la Chine, l'Inde, le Pérou, le Brésil, la Russie et nous sommes négatifs sur Taïwan, la Turquie, le Mexique, la Pologne...

Boursier.com : Constate-t-on un retour des flux vers les émergents ?

P.M. : Le retournement est engagé effectivement. Plus sur les obligations que sur les actions. Aujourd'hui, la classe d'actifs obligataires présente un intérêt particulier sur les émergents y compris en "corporate". Les flux sont là en Indonésie, Inde, Brésil et Russie et s'amplifieront si le pétrole poursuit son rebond...

©2016-2020,