Accueil
»
Bourse
»
Interviews
»
Consultation
Olivier Guignon, Associé d'Alantra

Olivier Guignon Associé d'Alantra

Une baisse significative du nombre d'OPA entre 2017 et 2018

Boursier.com : Vous venez de publier le baromètre des offres publiques, quels en sont les principaux enseignements ?

O.G. : On constate une baisse significative du nombre d'offres entre 2017 et 2018. Elles sont en effet passées de 42 à 32... Ce repli a été encore plus marqué sur la seconde partie de 2018. La montée des incertitudes avec la guerre commerciale, le Brexit ou les mouvements sociaux ont conduit à un attentisme des intervenants.

Boursier.com : Comment a évolué la prime proposée lors d'une offre ?

O.G. : Pour séduire les actionnaires, on constate une légère augmentation de la prime. Elle s'est élevée en moyenne à 27% en 2018 contre 23% en 2017. On remonte ainsi progressivement vers la prime record d'avant la crise de 2008-2009. En 2007, la prime lors d'une offre se situait autour de 35%...

Boursier.com : On observe qu'il n'y quasiment plus d'offres hostiles, pour quelles raisons ?

O.G. : Avant même le dépôt d'une offre, l'initiateur cherche à s'assurer l'obtention du bloc de contrôle. Dans ces conditions, il n'y a quasiment plus d'offres hostiles.

Boursier.com : Pourquoi les introductions sont-elles peu nombreuses ?

O.G. : Les dirigeants se posent la question suivante : La bourse est-elle susceptible d'apporter quelque chose à ma société ? Or, les marchés financiers valorisent souvent mal les ETI. De plus, la réglementation s'alourdit et les coûts sont élevés. Enfin, la transparence liée à la cotation peut être nuisible dans un contexte concurrentiel fort. Dans ces conditions, la bourse est souvent la dernière solution envisagée pour assurer la liquidité des investisseurs. En revanche, le private equity est apprécié...

Boursier.com : Quels sont les critères qui permettent de savoir si une opération financière va avoir lieu ?

O.G. : Parmi les critères qui permettent d'être alertés, on doit surveiller la structure du capital. Un capital concentré autour de quelques mains renforce les chances de succès d'une offre. Dans le cas d'une société insuffisamment valorisée par le marché boursier, une offre peut susciter de l'intérêt. Enfin, certains secteurs sont l'objet d'une concentration comme la sous-traitance aéronautique ou les nouvelles technologies...

©2019-2020,