Accueil
»
Bourse
»
Interviews
»
Consultation
Marc Villecroze, Directeur Exécutif Retail d'ACG Management

Marc Villecroze Directeur Exécutif Retail d'ACG Management

Trois raisons d'investir dans le vin...

Boursier.com : ACG Management lance un FCPR dédié au secteur du vin, le FCPR Vignobles Grand Sud... Sur quels vignobles investirez-vous ?

M.V. : Notre cible prioritaire concerne les propriétés viticoles, mais aussi les sociétés d'exploitation, principalement situées dans le sud de la France, notre territoire d'investissement historique. Le Languedoc Roussillon et la région PACA sont des axes stratégiques, mais nous n'avons pas fixé de limite particulière... Toutefois, cela n'aurait pas de sens d'aller en Bourgogne ou dans le Bordelais. Ces zones géographiques bénéficient déjà en effet de filières très structurées, tant au niveau industriel que commercial. Nous n'avons pas grand-chose à apporter à des domaines où les productions sont déjà largement valorisées. En revanche, beaucoup reste à faire dans les régions productrices du sud de la France en termes de marketing ou de commercialisation à l'international, après des années de travail sur la qualité démontrée des produits...

Boursier.com : A qui est destiné ce FCPR ?

M.V. : Il existe selon nous trois raisons d'investir dans le vin... Ce placement s'adresse d'abord aux investisseurs recherchant une solution de diversification patrimoniale dans un portefeuille de PME dont l'activité repose sur des actifs réels (terroirs, vignobles, outils de production). C'est un secteur structurellement peu risqué : on fait du vin depuis 2000 ans en France ! Il s'adresse aussi aux investisseurs qui aiment bien sûr le vin et veulent se rapprocher de ce secteur en devenant propriétaire d'une partie des vignobles. Il s'agit d'une démarche à la fois plaisir dans un domaine où le savoir-faire français n'est pas à démontrer, mais aussi citoyenne : ils soutiennent ainsi un secteur économique emblématique, pourvoyeur de plus de 600.000 emplois en France. Enfin, ces approches "patrimoniale" et "affinitaire" ne sont pas contradictoires avec une recherche de rendement. Nous estimons que le FCPR est susceptible de délivrer un rendement annuel de 6 à 7%...

Boursier.com : Avez-vous déjà des pistes d'investissement ?

M.V. : Nous avons rencontré plusieurs cibles d'investissement dans le cadre de projets avancés qui nous semblent réellement créateurs de valeur : il s'agit de projets d'expansion de propriétés avec la volonté de s'agrandir pour atteindre une taille critique, de projets de développement à l'international, ou bien de projets de reprises : beaucoup de propriétaires atteignent un âge de cession et les jeunes exploitants qui foisonnent d'idées ont sans doute l'envie, mais pas les fonds propres pour un rachat. Enfin, nous ne nous interdisons pas non plus d'investir dans des activités connexes à la filière tels que les fabricants de machines agri-viticoles ou de consommables ou bien encore les acteurs du négoce ou de la distribution...

Boursier.com : Quels sont vos critères d'investissement ?

M.V. : Critère d'appréciation numéro 1 : le produit de base doit être bon ! Nous allons ainsi constituer un comité d'experts pour être sûr que le vin sera de qualité. Ensuite et avant tout, nous recherchons le potentiel de développement d'une société d'exploitation et l'augmentation de sa rentabilité, notamment par la croissance des ventes à l'international et l'augmentation de la taille des propriétés pour réduire les coûts fixes...

Boursier.com : Quelle collecte visez-vous ?

M.V. : Nous visons une collecte raisonnable de 10 ME. Pour ce qui est des investissements, nous recherchons des tickets autour du million d'euros, soit la constitution d'un portefeuille cible de 9 à 10 PME.

Boursier.com : Pour un épargnant, quels avantages offre votre FCPR, par rapport aux placements proposés par des acteurs invitant à investir dans une cave pré-sélectionnée ou des bouteilles ?

M.V. : Notre approche, contrairement à de nombreuses solutions qui fleurissent actuellement sur le marché, n'est pas une approche spéculative basée sur l'évolution de la valeur de bouteilles dans le cadre de la constitution d'une cave. Notre proposition repose bel et bien sur le développement et le suivi de PME du secteur vitivinicole, comme nous l'avons déjà fait depuis 2000 pour le compte de plus de 300 PME... C'est notre métier depuis notre origine et c'est ce qui va créer de la valeur. Et comme dans toutes les PME, les entreprises du secteur ont des sujets de capacités de production, d'exportation, d'amélioration de leurs marges, de marketing, etc..., sujets que nous appréhendons au quotidien dans le cadre de nos différents accompagnements.

©2016-2020,