Accueil
»
Bourse
»
Interviews
»
Consultation
Daniel Gravier, Directeur général de X-Trade Brokers France

Daniel Gravier Directeur général de X-Trade Brokers France

L'aspect pédagogique est fondamental avant d'ouvrir un compte

Boursier.com : Pouvez-vous nous rappeler l'historique de la société X-Trade Brokers ?

D.G. : Tout a démarré en Pologne en 2002 à Varsovie... XTB est devenue rapidement le premier acteur sur le Forex en Europe centrale. En 2005, la société a obtenu l'autorisation de l'Autorité des Marchés Financiers polonaise et est devenue en 2007 membre de la Bourse de Varsovie. Un premier bureau a été ouvert en 2007 à l'étranger, en République Tchèque. En mai 2010, XTB a ouvert un bureau en France, boulevard Haussmann à Paris. Nous sommes désormais présents dans 16 pays et nous commençons actuellement à nous développer en Amérique latine...

Boursier.com : L'arrivée de XTB en 2010 en France s'est réalisée dans un contexte financier international difficile... Malgré cela, vous avez connu un développement rapide de votre notoriété.

D.G : Nous avons été sponsor de l'écurie de Formule1 McLaren Mercedes, ce qui a contribué à faire connaître très largement notre nom... Sur les marchés, nous avons lancé des concours de trading qui ont rencontré un large écho. Notre démarche est avant tout de mettre l'accent sur le service à destination de nos clients. Au-delà de notre politique de prix qui n'est pas particulièrement agressive, même si nous sommes très compétitifs, le suivi des clients est fondamental à nos yeux...

Boursier.com : Les événements financiers avec le "feuilleton grec" en particulier ces derniers mois, ont-ils influencé le comportement de vos clients ?

D.G. : Certainement... L'activité sur le Forex et sur la paire euro/dollar en particulier, a profité de l'actualité de ces derniers mois. On observe aussi une montée en puissance de l'activité sur les indices boursiers depuis la fin d'année dernière. L'intérêt a été très fort pour le Dax avec son 'rallye' du début d'exercice...

Boursier.com : L'épisode du Franc Suisse en début d'année vous a-t-il porté préjudice ?

D.G. : Non. Nous avions très peu de clients exposés sur le Franc Suisse qui était une devise très particulière à travailler en raison des interventions de la Banque centrale suisse. Nous avions réduit préventivement l'effet de levier sur les produits liés au France Suisse bien avant l'accident de marché du début d'année...

Boursier.com : Vous avez un savoir-faire reconnu sur les options binaires. Comment les particuliers perçoivent-ils ce produit sur un marché qui est entouré d'une réputation parfois sulfureuse en raison d'acteurs peu fréquentables ?

D.G. : La perception est positive, principalement parce que les montants engagés peuvent être faibles... Comme vous le soulignez, certains acteurs sont peu fréquentables car non régulés. Notre démarche est celle d'un intermédiaire agréé et responsable. Nous sommes autorisés à exercer notre activité de courtage en ligne par la KNF et nous restons sous le contrôle de l'Autorité des Marchés Financiers (AMF) et de l'Autorité de Contrôle Prudentiel de la Banque de France. Les mauvais intermédiaires constituent un fléau pour la profession... Nous estimons que seule une démarche globale des différents intervenants, à savoir, intermédiaires financiers, régulateurs, journalistes, permettra de relever ce défi ! Nous sommes d'ailleurs prêts à aider le régulateur qui a tendance à partir souvent seul en croisade, alors qu'il faudrait mettre l'ensemble de nos forces dans la balance pour venir à bout de ces intermédiaires indélicats. La création d'un label pourrait aider à assainir le marché dans le cadre d'une démarche plus globale...

Boursier.com : Vous insistez sur la formation de vos clients. Pensez-vous comme beaucoup qu'il existe un déficit de culture financière et boursière en France ?

D.G. : Oui. L'aspect pédagogique est fondamental avant d'ouvrir un compte... Chez XTB, nous privilégions la formation. Chaque jour, depuis 2013, notre expert Dorian Abadie, décrypte l'actualité économique et analyse ses impacts sur les marchés financiers. Au cours de ces sessions, notre analyste prend des positions en direct. En 2015 nous avons été encore plus loin avec notre " Live Trading Tour " qui nous a permis d'aller directement à la rencontre des investisseurs particuliers dans le cadre de sessions qui ont eu lieu à Paris, Lille, Lyon ou à Montpellier... Cet automne, deux rendez-vous sont encore programmés à Paris et à Nantes.

Boursier.com : Quels sont les retours des visiteurs ?

D.G. : Les retours sont très positifs ! Nous ne sommes pas ici dans une démarche commerciale, c'est ce qui est apprécié par ceux qui nous rendent visite... Avant d'aborder le 'Live Trading', nos experts font un point sur l'actualité économique et financière de manière très interactive. Puis 150 à 200 personnes sont connectées en direct au 'Live Trading' en plus du public présent sur place, soit une trentaine de personnes. Ces sessions constituent des moments d'échanges privilégiés. Ces retours positifs laissent présager un programme 2016 encore plus fourni.

Boursier.com : La partie formation est particulièrement élaborée sur votre site internet...

D.G : Tout à fait... Nous mettons d'ailleurs actuellement en place sur notre site un panel d'une quarantaine de vidéos de formation très didactiques afin de continuer à améliorer ces efforts de pédagogie. Je le répète, le nerf de la guerre pour nous est la satisfaction du client. Nous ne sommes pas dans une logique de politique de prix agressive qui risquerait de dégrader le service offert et l'industrie de l'intermédiation toute entière... Notre démarche est qualitative. En 5 ans, nous n'avons eu qu'une seule plainte d'un client et l'AMF n'y a pas donné suite. Nous restons donc dans cette logique d'accompagnement afin de répondre aux besoins des investisseurs et ainsi les fidéliser par la qualité de nos services.

©2015-2020,