Accueil
»
Bourse
»
Interviews
»
Consultation
Christian Jimenez, Président de Diamant Bleu Gestion

Christian Jimenez Président de Diamant Bleu Gestion

Les 60 MdsE de rachats mensuels de la BCE n'ont pas pesé bien lourd face aux grands flux vendeurs fin avril

Boursier.com : La retournement brutal de tendance sur le marché obligataire marque-t-il un changement durable de tendance ou bien est-ce passager selon vous ?

C.J. : De mon point de vue, c'est plutôt un mouvement durable, même si la volatilité peut induire de nouvelles phases de taux très bas... Le fait nouveau c'est bien que la volatilité est de retour sur les taux souverains et cela devrait perdurer. Clairement, il faut s'attendre à des alternances répétées de resserrement ou d'écartement des taux. Je pense que le Bund peut de nouveau se rapprocher de 0%, mais ne devrait pas s'y maintenir très longtemps...

Boursier.com : Peut-on revoir des taux négatifs sur les maturités courtes ?

C.J. : On peut les revoir... D'autant que la BCE a indiqué qu'elle allait accélérer son programme pour mai-juin, alors qu'une des raisons de la remontée des taux résidait dans la crainte que la BCE n'aille pas jusqu'au bout des 18 mois dans le cadre de sa politique de rachats de titres. Cela a été écarté et Benoît Coeuré indique même que la BCE pourrait aller au-delà des montants initialement prévus...

Boursier.com : Est-ce une bonne stratégie que la BCE se laisse la possibilité de dépasser les 60 MdsE de rachat par mois ?

C.J. : C'est dangereux pour deux raisons : à l'échelle du marché mondial, les 60 MdsE de rachats mensuels de la BCE ne pèsent pas très lourd... On a bien vu début mai qu'ils n'ont pas résisté face aux grands flux vendeurs de certains acteurs étrangers... Donc la BCE qui a compris le message du marché, annonce qu'elle va aller au-delà de 60 MdsE, sauf que cela signifie qu'elle déshabille Pierre pour habiller Paul : elle augmente sa puissance de feu en mai-juin, mais la baissera en juillet-août. Or, juillet-août ne sont pas des mois de vacances pour les traders... Si les spéculateurs appuient un peu durant l'été, on peut retrouver facilement des mouvements violents comme ceux de la fin avril...

Boursier.com : A quel niveau voyez-vous le Bund et le 10 ans français fin 2015 ?

C.J. : Pour les 6 mois qui viennent, le Bund devrait faire des aller-retour entre 0,10-0,40% pour le point bas et 1-1,25% pour le point haut. Avec plutôt une tendance à aller vers la borne haute, les risques de déflation étant assez circonscrits et les perspectives de croissance semblent devenir concrètes...

Boursier.com : Y aura-t-il une influence du relèvement à venir des taux de la Fed ?

C.J. : En théorie les taux ne sont pas corrélés, et la remontée des taux de la Fed ne doit pas contaminer ceux de la zone Euro, mais en pratique, cela engendre toujours des phénomènes de flux et de mimétisme qui font que la contagion existe...

©2015-2020,