»
»
»
Consultation

Washington accuse officiellement Pékin de manipuler sa devise

Washington accuse officiellement Pékin de manipuler sa devise

La guerre commerciale ouverte entre les Américains et les Chinois déstabilise les indices boursiers

Washington accuse officiellement Pékin de manipuler sa devise
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Cette fois tous les coups sont permis ! Juste après la clôture de Wall Street hier soir, l'administration américaine s'est fendu d'un communiqué officiel pour dénoncer l'attitude de la Chine qui, selon Washington, "manipule sa monnaie". Le Secrétaire d'Etat au Trésor, Steven Mnuchin, va ainsi demander officiellement au Fonds monétaire international de mettre un terme à la "concurrence déloyale de Pékin". Ce dernier a largement relayé le communiqué sur Twitter qui marque une nouvelle escalade dans le bras de fer commercial entre les deux pays...

L'annonce intervient alors que la Chine a laissé tomber le yuan sous le seuil symbolique des 7/$ hier lundi pour la première fois depuis la crise financière en 2008, il y a 11 ans. Le dollar a accentué ses pertes après la publication du communiqué, pour revenir à son plus bas niveau depuis début janvier face à un panier de devises de référence...

Pékin dénonce une prise d'otages

Hier lundi, les marchés financiers ont lourdement corrigé sur un large front, alors que Pékin a répondu aux sanctions américaines décidées par Donald Trump en annonçant la suspension de ses achats de produits agricoles américains... Le gouvernement chinois a dit ne pas exclure d'imposer des taxes à l'importation sur ses produits agricoles achetés aux Etats-Unis.

Le Quotidien du Peuple, l'organe de presse du Parti communiste chinois, a accusé ni plus ni moins les Etats-Unis de "délibérément détruire l'ordre mondial et de prendre en otages leurs propres citoyens".

Le China Daily a attribué la faiblesse du yuan aux "mesures unilatérales et protectionnistes" de l'administration américaine et écrit que les taux de change à long terme relevaient de "fondamentaux économiques".

Le Trésor américain a pour sa part déclaré que le communiqué diffusé plus tôt dans la journée par la Banque populaire de Chine avait démontré qu'il était évident que les autorités chinoises avaient un vaste contrôle sur le taux de change du yuan et que la BPC était disposée à manipuler sa monnaie de manière régulière... Dans son communiqué, le Trésor a ajouté que le comportement de Pékin constituait "une violation des engagements pris par la Chine au G20 de s'abstenir de toute dévaluation compétitive".

Violation majeure

Un peu plus tôt dans la journée, le président américain Donald Trump avait accusé la Chine d'avoir dévalué sa monnaie "à un plus bas pratiquement historique", dénonçant une "violation majeure" : "La Chine a laissé tomber le prix de sa monnaie à un niveau presque historique. Cela s'appelle une 'manipulation de la monnaie'. Vous entendez la Réserve Fédérale ? C'est une violation majeure qui affaiblira considérablement la Chine avec le temps !"

Les marchés craignent donc désormais un affrontement commercial durable et frontal pénalisant lourdement l'économie mondiale...

Par surprise

Rappelons que Donald Trump avait annoncé par surprise jeudi dernier qu'il imposerait à compter du 1er septembre prochain des droits de douane additionnels de 10% sur les 300 milliards de dollars d'importations chinoises non encore taxées... "Les discussions commerciales se poursuivent, et durant ces discussions, les États-Unis commenceront, le 1er septembre, à appliquer de faibles droits de douanes additionnels de 10% sur les 300 Milliards de Dollars restants de biens et de produits venant de Chine dans notre pays", avait expliqué le président américain sur Twitter. Donald Trump a précisé que cela ne concernait pas les 250 milliards de dollars d'importations chinoises déjà taxées à 25%...

Dans une série de tweets rageurs, le président américain a déploré que la Chine, qui "avait accepté d'acheter des produits agricoles américains en quantités", ne l'ait pas fait... "En outre, mon ami le président Xi avait dit qu'il ferait cesser la vente de Fentanyl aux Etats-Unis. Cela ne s'est jamais produit et de nombreux Américains continuent de mourir !", a ajouté Donald Trump à propos de l'analgésique opioïde à l'origine d'une crise de santé aux USA... Un nouveau volet de discussions est programmé le mois prochain à Washington...

Les indices boursiers sous haute pression

Dans un tel contexte de tensions commerciales, le Nasdaq a terminé en chute de 3,47% à 7.726 pts lundi soir à Wall Street, le S&P500 a dévissé de 2,94% à 2.846 pts, alors que le DJIA a rendu 2,90% à 25.718 pts.

En revanche, la correction est plus limitée en Asie ce matin avec des reculs de 1,5% à Shanghai, -0,7% à Tokyo et seulement -0,5% à Seoul et à Hong Kong, Taiwan limitant même ses pertes à -0,1%...

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com