Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Wall Street est au plus haut depuis octobre 2007

Wall Street est au plus haut depuis octobre 2007

Des données macro-économiques encourageantes...

Wall Street est au plus haut depuis octobre 2007
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street a fini sa course en nette progression vendredi soir, après un déjà solide mois de janvier. Le mouvement a été rythmé par de riches publications macroéconomiques et par de nombreuses publications trimestrielles telles ExxonMobil, Chevron, Merck ou encore Mattel...

Au plus haut depuis octobre 2007
Les derniers chiffres de l'emploi américain ressortent contrastés. Les données du mois de janvier sont moins bonnes que prévu, alors que celles de novembre et décembre 2012 sont réappréciées. L'indice ISM manufacturier américain et l'indice de confiance de l'Université du Michigan ont nettement dépassé les attentes. Les marchés ont apprécié et au final, le DJIA a clôturé en hausse de +1,08% à 14.009 pts. L'indice de référence américain passe donc au-dessus des 14.000 pts, un niveau oublié à Wall Street depuis... octobre 2007. Le Nasdaq a gagné +1,18% à 3.179 pts, et le S&P500 a grimpé de +1,01% à 1.513 pts. Sur l'ensemble de la semaine, le DJIA gagne +0,8% ; le Nasdaq monte de +0,9%, le S&P500 a repris +0,7%.

Des données macro-économiques encourageantes
Ainsi sur le front de l'emploi, le taux de chômage américain est remonté à 7,9%, légèrement supérieur aux attentes, puisque le consensus était de 7,8%. Cependant, les gains en matière d'emploi ont été révisés à la hausse pour les mois de novembre et de décembre. Les créations de postes en décembre se seraient finalement montées à 196.000 et non les 155.000 précédemment évalués. Pour sa part, l'indice du sentiment des consommateurs américains mesuré par l'Université du Michigan et Reuters est ressorti en lecture révisée à 73,8 pour le mois de janvier 2013, contre un consensus de place à 71,4. Curieusement, l'indice de confiance du Conference Board, dévoilé plus tôt cette semaine, avait plongé pour le mois de janvier... L'indice ISM manufacturier américain du mois de janvier 2013 est ressorti à 53,1, très nettement supérieur aux 50,7 évoqués par le consensus de place.

Sur le front des valeurs pétrolières
Le géant pétrolier américain ExxonMobil termine stable après avoir publié pour son 4ème trimestre fiscal un bénéfice net de 9,95 Md$ et 2,20$ par action (9,4 Mds$ et 1,97$ par titre un an avant). La production de pétrole et de gaz a pourtant décliné de 5%. Le groupe texan a toutefois profité de l'amélioration des marges dans le raffinage. Son concurrent Chevron gagne +1,2%. Le colosse pétrolier californien a dégagé au 4ème trimestre un bénéfice net de 7,2 Mds$, portant à 26,2 Mds$ son profit annuel, pour un bpa annuel de 13,32$.

Séance calme pour les constructeursGeneral Motors termine stable. Le géant automobile de Detroit, a publié pour janvier des ventes unitaires américaines en croissance de 16%, à environ 195 milliers de voitures et 'trucks'. Ford Motor finit également stable. Le constructeur automobile du Michigan a réalisé 22% de croissance en janvier 2013 sur le marché américain, avec des ventes unitaires situées à 167 milliers d'unités (137 milliers un an auparavant). Les ventes de voitures ont flambé de 34% en glissement annuel.

Les pharmaceutiques attaquéesMerck abandonne -4% (30,7 $). Le second groupe pharmaceutique américain, a annoncé pour le 4ème trimestre fiscal un bénéfice net de 1,4 Md$ ou 46 cents par action (1,51 Md$ et 49 cents par titre un an avant). Ses prévisions 2013 sont prudentes... Le bpa ajusté est attendu entre 3,6 et 3,7 $, pour un bénéfice GAAP logé entre 2,03 et 2,26$ par action. A devises constantes, les revenus annuels sont attendus assez stables. Le distributeur pharmaceutique McKesson lâche -2%. Il a annoncé un recul de -1% de son bénéfice net du 3ème trimestre fiscal 2013, à 298 M$ soit 1,27$ par titre (300 M$ un an plus tôt). Le groupe table, pour l'exercice, sur un bénéfice par action allant de 7,10 à 7,30$ alors que le consensus visait de 7,30$. Le groupe prévoit un nouveau programme de rachats d'actions d'un montant de 500 M$.

Les assureurs en ordre dispersé
Chubb
gagne +3,2%. L'assureur du New Jersey a annoncé pour son 4ème trimestre fiscal un bénéfice net en forte baisse avec l'ouragan Sandy, à 102 M$ et 38 cents par titre (452 M$ et 1,60$ par action un an auparavant). Les coûts liés à Sandy sont évalués à 882 M$. Le bénéfice net de l'exercice s'établit à 1,55 Md$ soit 5,69$ par titre (1,68 Md$ en 2011). Le groupe prévoit, pour 2013, un bénéfice opérationnel par action allant de 6,40 à 6,80$, pour des primes en croissance de 2% à 4% en comparaison de 2012. Aon, l'assureur et réassureur londonien coté à Wall Street, cède -2,8%. Le groupe a publié pour son 4ème trimestre fiscal un bénéfice net de 305 M$, 93 cents par titre (277 M$ et 67 cents un an avant). Hors gains et pertes sur investissements, le bénéfice par action aurait été de 1,27$ sur la période, pour des revenus totaux en croissance de 4% à 3,1 milliards de dollars.

Biens de consommation et alimentaire
Le fabricant de compresseurs d'air et spécialiste des technologies de sécurité, Ingersoll, gagne +1,9%. Ses bénéfices du 4ème trimestre se montent à 235,6 M$ et 0,78$ par action (242,2 M$ et 0,76$ par action un an avant). Le bpa ajusté ressort à 0,76$, stable par rapport à l'an dernier, contre 0,70$ de consensus. Pour 2013, le Groupe vise des revenus entre 14,2 et 14,6 Mds$, pour un bpa entre 3,45 et 3,65$. Mattel rebondit de +1,7%. Le géant américain du jouet annonce sur l'exercice 2012 un bénéfice net de 777 M$ soit 2,22$ par titre, pour un profit ajusté de 864 M$ et 2,47$ par action. Les revenus annuels ont totalisé 6,42 Mds$, en augmentation de 2% en comparaison de 2011. Tyson Foods prend +3% sur l'annonce de ses résultats du 1er trimestre fiscal 2013. Les bénéfices du géant alimentaire américain se montent à 168 M$, soit 0,48$ par action (156 M$ et 0,42$ par action un an plus tôt). Ses revenus s'élèvent à 8,4 Mds$. Tyson Foods anticipe des revenus annuels d'environ 35 Mds$.

Dell et Hewlett Packard : affaires à suivre...
La porte de sortie se précise pour Dell (+3%). L'opération serait annoncée dimanche ou lundi... Après bien des rumeurs, le rachat des titres serait finalement initié par un consortium mené par Michael Dell -fondateur et chief executive- ainsi que la firme de private equity Silver Lake Partners. Le deal constituerait le plus important 'leveraged buyout' depuis la crise financière. Dans le même secteur, Hewlett Packard finit par plier de -0,3%. Dans le cadre de son plan mondial de restructuration le groupe prévoit la fermeture du site de Rüsselsheim en Allemagne. D'ici la fin du mois d'octobre 2013. 850 postes seront supprimés, soit environ 8,5% des effectifs du groupe dans le pays. En revanche, 250 salariés sur un total de 1.100 travaillant sur le site seraient transférés vers des partenaires ou des clients de HP.

©2013-2021,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !