»
»
»
Consultation

VTC : Macron est favorable à un encadrement du taux horaire des chauffeurs

VTC : Macron est favorable à un encadrement du taux horaire des chauffeurs

Un rapport de l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS), remis au gouvernement jeudi dernier, propose l'ouverture d'un processus de concertation sur le prix décent des courses...

VTC : Macron est favorable à un encadrement du taux horaire des chauffeurs
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Emmanuel Macron souhaite encadrer le taux horaire des chauffeurs qui travaillent pour les plates-formes de VTC. "Je préfère que les gens travaillent plutôt qu'ils soient sans activité", a-t-il déclaré lundi lors d'un échange avec un conducteur à Evry (Essonne).

Ce dernier l'a interpellé alors qu'il se déplaçait à Evry pour participer à un débat avec des élus. "Mais il faut qu'on aide ceux qui sont salariés ou indépendants, (...) qu'ils vivent mieux et qu'ils aient plus de droits, que le taux horaire soit préservé et que la compagnie ne les baisse pas arbitrairement et qu'il y ait plus d'assurance", a-t-il ajouté. "C'est tout ce dialogue qu'on a entamé."

"On a passé (...) des messages très clairs pour que les prix ne soient pas baissés", a-t-il poursuivi. "Ce que je ne veux pas, c'est que les gens qui rentrent dans le métier du VTC soient complètement pressurisés par les plates-formes. C'est là où, nous, on doit intervenir."

Un salaire décent ?

Un rapport de l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS), remis au gouvernement jeudi dernier, proposait l'ouverture d'un processus de concertation entre centrales de réservation des VTC et représentants de chauffeurs sur le prix décent des courses. En cas d'échec, il suggère au gouvernement d'imposer par la loi un tarif minimum, comme le fait la ville de New York.

L'Igas recommandait aussi d'imposer une durée maximum de onze heures de conduite par jour et de 60 heures par semaine, ainsi qu'un temps de repos hebdomadaire minimum de 24 heures consécutives. Le gouvernement avait répondu en annonçant qu'il engagerait "une concertation sur toutes les questions relatives à la régulation du secteur".

Uber s'est livré à un exercice de transparence il y a quelques jours, en publiant des données sur le salaire et les conditions de travail de ses conducteurs. La plateforme VTC a livré dans une note interne consultée par l'agence AFP plusieurs chiffres clef, et notamment le chiffre d'affaires médian horaire : 24,81 euros. Une fois versée au géant américain sa commission de 25%, et en ôtant les frais de service, la TVA et les cotisations sociales, le revenu horaire net tombe à 9,15 euros, soit en moyenne 1.617 euros mensuels, selon les projections d'Uber.

Des chiffres contestés

Pour cela, la société se base sur un temps de travail hebdomadaire de 45,3 heures, le "temps de travail des non-salariés", selon cette note - mais tous les chauffeurs ne suivent pas cette grille. Ce salaire serait plus élevé que celui touché en moyenne dans le "transport public particulier", selon l'Insee, avec 1.110 euros en moyenne (et 1.430 dans le secteur du transport plus généralement).

Ces données ont été contestées par les syndicats de chauffeurs, qui manifestent régulièrement pour obtenir un tarif minimum...

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com