Vacances d'été : pourquoi la SNCF est débordée

Vacances d'été : pourquoi la SNCF est débordée

"On a déjà vendu 8 millions de billets pour juillet et août, c'est 10% de plus qu'en 2019", a indiqué le PDG de la SNCF, Jean-Pierre Farandou.

Vacances d'été : pourquoi la SNCF est débordée
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Déjà le casse-tête pour les voyageurs ! A l'approche des vacances estivales, les trains à destinations de zones touristiques affichent presque tous complets pour le mois de juillet. Alors que les messages de vacanciers agacés se multiplient sur les réseaux sociaux, le PDG de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, a d'ores et déjà annoncé "un été record", au-delà même de celui de 2019, soit avant la crise du Covid-19.

"On a déjà vendu 8 millions de billets pour juillet et août, c'est 10% de plus qu'en 2019, donc on voit une poussée très forte", a-t-il affirmé sur 'France 2', tout en ne démentant pas que certains trains sont déjà complets, en particulier les jours de "grands départs". Il assure néanmoins que des billets restent disponibles, notamment en semaine...

"Il reste de la place", a-t-il déclaré. SNCF Voyageurs a anticipé la demande avec 500.000 places supplémentaires "face à ce succès", a-t-il expliqué, avant d'ajouter : "on est à bloc, on rajoute des rames, on fait des compositions doubles avec deux rames à la fois".

Décaler d'un jour ou deux son départ

La SNCF prévoit ainsi d'associer deux rames de TGV pour la même destination... Le patron de la compagnie ferroviaire a recommandé par ailleurs de décaler d'un jour ou deux son départ pour éviter les fins de semaine qui sont davantage chargées.

Sur les réseaux sociaux, de nombreux voyageurs se plaignent de trajets complets déjà plusieurs semaines à l'avance, ou non-réservables, comme l'a relevé 'BFMTV', qui souligne que même les trains du milieu de semaine sont eux aussi complets. Par exemple, il était impossible de réserver un Paris-Marseille pour le jeudi 23 juin, alors qu'habituellement, ce sont les vendredis qui peuvent être difficiles d'accès.

Les prix des billets n'augmenteront pas en 2022...

Revenant sur la question de la possible hausse du prix des voyages, Jean-Pierre Farandou a rappelé que l'électricité coûte "un milliard d'euros par an" à la SNCF. Face à la flambée des prix de l'énergie, due notamment au conflit en Ukraine, il a garanti que les prix des billets n'augmenteront pas cette année. "En 2022, non", a-t-il assuré, l'entreprise ferroviaire ayant "acheté à l'avance son électricité".

Pour 2023 en revanche, "la question se pose", a-t-il admis, tout en tentant de rassurer : "cela restera raisonnable". "On veut rester sur la politique de volume, faire en sorte que les gens laissent leur voiture et prennent le train", a expliqué le PDG de la SNCF.

©2022

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !