»
»
»
Consultation

Trump propose au Royaume-Uni un accord commercial dès sa sortie de l'UE

Trump propose au Royaume-Uni un accord commercial dès sa sortie de l'UE

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a promis un Brexit pour le 31 octobre. Donald Trump envisage un accord qui pourrait prendre effet dès le lendemain.

Trump propose au Royaume-Uni un accord commercial dès sa sortie de l'UE
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Londres et Washington discutent d'un accord commercial partiel qui pourrait prendre effet le 1er novembre, au lendemain de la sortie prévue du Royaume-Uni de l'Union européenne, selon un haut responsable de l'administration Trump cité par l'agence de presse Reuters.

John Bolton, le conseiller présidentiel à la sécurité nationale en visite à Londres, et la ministre britannique du Commerce Liz Truss ont aussi évoqué la possibilité que les dirigeants des deux pays signent une feuille de route en vue d'un accord commercial quand ils se verront en fin de mois au sommet du G7 en France, a ajouté le responsable. John Bolton avait rencontré lundi le Premier ministre Boris Johnson pour lui faire part du soutien "enthousiaste" des Etats-Unis à un Brexit sans accord si tel est le souhait du nouveau gouvernement.

Boris Johnson a estimé mardi que l'accord de libre-échange dont la Grande-Bretagne avait le plus besoin était celui qu'elle pourrait conclure avec l'Union européenne. Le nouveau Premier ministre britannique a promis que le divorce entre Londres et Bruxelles aurait lieu "coûte que coûte" le 31 octobre, y compris au prix d'une absence d'accord.

"L'accord le plus important que nous avons besoin de conclure est un accord de libre-échange avec nos amis et partenaires de l'autre côté du Channel", a-t-il dit sur Sky News.

Interrogé sur les propositions de John Bolton, il a répondu : "d'après mon expérience, les Américains sont très durs en négociations et nous aurons un grand accord avec eux et il ouvrira des opportunités pour les entreprises, en particulier les sociétés de service aux Etats-Unis".

Selon un sondage pour le 'Daily Telegraph' lundi, une majorité de 54% de Britanniques soutiennent l'affirmation selon laquelle Boris Johnson "doit parvenir au Brexit par tous les moyens y compris en suspendant le parlement pour empêcher les députés de s'y opposer". Parmi les 1.645 personnes interrogées, 46% sont contre cette proposition.

Le "backstop" au coeur des crispations

Boris Johnson a fait du retrait du backstop la condition préalable à toute négociation d'un nouvel accord avec les Européens. Cette clause de sauvegarde a pour but de prévenir le retour d'une frontière physique entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande. La clause prévoit un maintien du Royaume-Uni dans l'union douanière européenne le temps qu'une solution soit trouvée pour régler cette question frontalière. Johnson et les Brexiters ne veulent pas entendre parler de cette hypothèse.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com