»
»
»
Consultation

Transports : pourquoi Paris met le paquet sur les start-ups

Transports : pourquoi Paris met le paquet sur les start-ups

Les loueurs de vélos Mobike, Ofo, Donkey Republic, Pony Bikes, OBike et Oribiky, ainsi que les loueurs de scooters Coup et CityScoot ont signé une charte avec la Ville...

Transports : pourquoi Paris met le paquet sur les start-ups
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La mairie de Paris a signé avec plusieurs entreprises de location de deux-roues en libre-service une charte qui encadre leurs activités : Les loueurs de vélos Mobike, Ofo, Donkey Republic, Pony Bikes, OBike et Oribiky, ainsi que les loueurs de scooters Coup et CityScoot se sont engagés à proposer un matériel de qualité, à sensibiliser leurs utilisateurs à la sécurité routière et à communiquer leurs données d'exploitation...

Ce nouvel élan est motivé notamment par les déboires de la société Smovengo, qui a remporté le marché du Vélib' l'année dernière et qui peine toujours à déployer ses stations...

En mai dernier, moins de 700 d'entre elles étaient installées, alors que Smovengo en avait promis le double pour le mois de mars ! L'opérateur a présenté le 3 mai un plan qui projetait notamment d'atteindre d'ici à fin juin au plus tard un périmètre de 800 stations à 80% électrifiées...

"Ca ne marche pas"

En crise, l'entreprise a annoncé mardi la nomination d'un nouveau président exécutif, Arnaud Marion, qui aura pour mission de redresser la situation... "Vélib' existe et on fera tout pour que Vélib' s'en sorte", a déclaré Anne Hidalgo. Elle a admis que "le moins que l'on puisse dire, c'est que ça ne marche pas". La maire de Paris mise donc sur les start-ups comme Mobike ou Cityscoot pour assurer les besoins de mobilité des Parisiens...

De son côté, la ville "réaffirme son ambition" de créer des places de stationnement supplémentaires pour les deux-roues : "Nous disons aux opérateurs privés qui viennent sur l'espace public que ce dernier ne leur appartient pas... Nous ne les laissons pas faire ce qu'ils veulent", a déclaré lors d'une conférence de presse l'adjoint à l'urbanisme de la mairie de Paris, Jean-Louis Missika.

Echecs répétés

Anne Hidalgo fait ainsi un pas en direction des 'start-ups' dont les engins ont envahi les rues de Paris ces dernières années. L'échec de la société hongkongaise Gobee.bike, qui a dû quitter Paris en février suite à de trop nombreuses dégradations sur son parc de vélos, avait eu pour conséquence de laisser des centaines de bicyclettes encombrer les trottoirs de la capitale.

Cette "charte de bonne conduite" doit donc permettre d'éviter ces situations à l'avenir, en imposant une qualité minimum aux entreprises de location de vélos en libre-service.

Les transports en libre-service constituent un dossier de poids pour Paris et ses voisines, devenu particulièrement sensible et politique, alors que service de location de voitures électriques proposé par Vincent Bolloré doit prendre fin le 31 juillet, après le refus des communes où il était déployé d'éponger un déficit de près de 300 millions d'euros...

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com