Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Transports : les premiers "taxis volants" pourraient décoller d'ici à trois ans

Transports : les premiers "taxis volants" pourraient décoller d'ici à trois ans

L'aérodrome de Pontoise-Cormeilles-en-Vexin, dans le Val-d'Oise, doit accueillir dès juin 2021 des tests en situation réelle de "taxis volants", ont annoncé le groupe ADP, la région Île-de-France et la RATP.

Transports : les premiers 'taxis volants' pourraient décoller d'ici à trois ans
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Bientôt des taxis volants à Paris ? Dans un contexte de "transition environnementale du transport aérien", le groupe ADP, la région Île-de-France et la RATP ont annoncé la structuration d'une filière Mobilité Aérienne Urbaine, avec l'implantation d'une zone de test des "appareils à décollage et atterrissage vertical", ou plus communément appelés "drones" ou "taxi volants", à l'aérodrome de Pontoise, dans le Val-d'Oise.

"La mobilité aérienne urbaine, avec le véhicule électrique à décollage vertical, va pouvoir dorénavant accélérer son développement, à travers l'implantation d'une zone de test inédite en Europe sur notre aérodrome de Pontoise. Aux côtés de la Région Île-de-France et du Groupe RATP [...] nous sommes prêts à fédérer un écosystème unique en Île-de-France", a ainsi indiqué ADP dans un communiqué.

Le constructeur allemand Volocopter, "un pionnier de la mobilité aérienne urbaine, sera le premier acteur industriel à tester son véhicule électrique à décollage vertical, VoloCity, en Île-de-France", a précisé le groupe. Cet appareil, entièrement électrique, avait été dévoilé en août 2019.

Prêts pour les JO 2024 ?

Les premiers tests à Pontoise devraient ainsi débuter entre avril et juin 2021. Les autorités espèrent, par la suite, avoir un "service de démonstration" prêt et actif pour les JO 2024.

"La structuration d'une filière mobilité aérienne autour de l'aérodrome de Pontoise - Cormeilles-en-Vexin s'inscrit à la fois dans la dynamique du plan de relance régional, des conclusions de la COP et dans celle des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024", a souligné Valérie Pécresse.

La président de la région Île-de-France estime également que ce projet doit "faire rayonner l'Île-de-France en la positionnant comme une région de référence sur le marché mondial de la mobilité aérienne urbaine".

Appel à manifestation d'intérêt

Egalement partenaire du projet pour l'aspect exploitation de lignes, la RATP, qui avait déjà engagé un premier partenariat avec Airbus, estime de son côté que "cette nouvelle mobilité est profondément complémentaire" des modes de transports historiques. "En inaugurant cette zone de test [...] nous entendons être le partenaire privilégié de la ville intelligente de demain et mettre à profit nos savoir-faire humains et techniques", a déclaré la patronne de la régie parisienne Catherine Guillouard.

Pour attirer les entreprises, un appel à manifestation d'intérêt international a été lancé autour des questions d'infrastructure, d'intégration dans l'espace aérien, ou encore d'acceptabilité sociale et environnementale. Les projets retenus seront annoncés le 18 décembre prochain...

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !