Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Transports : la région Île-de-France lance une pétition pour faire payer l'Etat

Transports : la région Île-de-France lance une pétition pour faire payer l'Etat

L'autorité organisatrice des transports de la région, Île-de-France mobilités, s'était déclarée en cessation de paiements le 8 juillet dernier...

Transports : la région Île-de-France lance une pétition pour faire payer l'Etat
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le bras de fer se poursuit entre le gouvernement et la région Île-de-France... Le 8 juillet dernier, Valérie Pécresse avait mis ses menaces à exécution : Île-de-France Mobilités (IDFM), qui gère les transports franciliens, avait décidé de ne plus payer les 400 millions d'euros mensuels à la SNCF et à la RATP tant que l'Etat ne débloque pas une aide supplémentaire. Alors que la situation n'a pas évolué, une pétition a été lancée jeudi soir par la région Île-de-France et une quinzaine d'associations d'usagers des transports en commun.

Elle vise à interpeller le président de la République Emmanuel Macron et le Premier ministre Jean Castex pour demander à l'Etat de payer les pertes de recettes dans les transports à cause du Covid-19. "Île-de-France Mobilités se déclare en cessation de paiements. Elle ne peut plus payer les opérateurs de transports dont la RATP et la SNCF. Nos transports publics sont donc en péril", peut-on lire.

"L'urgence est réelle. Il faut sauver les transports du quotidien en Île-de-France. Ils sont le quotidien pour 5 millions de Franciliennes et de Franciliens. Ils sont à la fois écologiques, populaires et indispensables", écrit également la région Île-de-France.

2,6 milliards d'euros de perte de recettes

Ainsi, environ 400 millions d'euros (200 millions pour chacune des entreprises) ne seront pas payés ce mois-ci, alors que la région estime à 2,6 milliards d'euros les pertes de recettes dues à la crise du Covid-19, comme le rappelle la région dans un communiqué. Début juillet, le ministre délégué des Transports Jean-Baptiste Djebbari a assuré sur 'BFMTV' que "Madame Pécresse a les moyens, en trésorerie et avec ce que nous avons compensé, de payer la RATP et la SNCF". Il a en effet rappelé que "l'Etat a déjà compensé 425 millions d'euros au titre de la perte de fiscalité pour la région Île-de-France".

Mais la présidente de la région Île-de-France et d'IDFM a toutefois estimé que les quelque 425 millions de l'Etat représentaient "15% des 2,6 milliards de pertes [...] que le Covid a générées pour Île-de-France mobilités". "Depuis des semaines, élus municipaux, départementaux, régionaux, associations d'usagers alertent. Ensemble, ils disent que c'est à l'Etat de compenser intégralement les pertes de recettes d'Île-de-France mobilités", insiste la région Île-de-France.

Refus d'"une taxe covid"

Selon les calculs d'IDFM, il faudrait augmenter de 20 euros pour le pass mensuel pour renflouer les finances. Mais "il est aussi hors de question d'augmenter le prix du passe Navigo de 20 euros par mois pour les cinq prochaines années. Ce n'est pas aux Franciliennes et aux Franciliens de payer le prix de la crise sanitaire", souligne le communiqué.

La région dit refuser "une telle 'taxe covid' payée par les usagers. Ce serait inacceptable à l'heure où la priorité doit être donnée à la relance économique du pays et que des efforts sont quotidiennement demandés aux Français". "Il est hors de question de reporter les investissements pour la rénovation et la modernisation du réseau ou d'annuler l'achat de nouvelles rames", a-t-elle ajouté...

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !