Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Transport : à Paris, les "coronapistes" seront pérennisées

Transport : à Paris, les "coronapistes" seront pérennisées

Les pistes cyclables provisoires construites pendant le confinement à Paris pour faciliter les déplacements à vélo seront maintenues, a confirmé Anne Hidalgo...

Transport : à Paris, les 'coronapistes' seront pérennisées
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Bonne nouvelle pour les adeptes du vélo !... Surnommées les "coronapistes", les pistes cyclables qui avaient été mises en place à titre provisoire lors du déconfinement seront maintenues dans la capitale, comme l'a annoncé la maire de Paris Anne Hidalgo ce mercredi.

"Elles seront pérennisées, on est en train d'y travailler, d'abord parce qu'elles ont montré qu'il y a vraiment beaucoup d'usagers, que le vélo est devenu à Paris vraiment un moyen de transport domicile-travail, et qu'en plus cela aide à faire baisser la pollution", a expliqué l'élue socialiste sur 'Europe 1'.

Ainsi, les voitures de particuliers ne reviendront pas rue de Rivoli par exemple, l'un des principaux axes de la capitale, qui relie la rue Saint-Antoine à la place de la Concorde. Si la coronapiste de l'artère deviendra permanente, la file "réservée aux taxis, aux bus, et à un certain nombre de véhicules autorisés" sera conservée, a-t-elle précisé...

Les "coronapistes" ne font pas l'unanimité

Avant même le second tour des municipales, Anne Hidalgo avait déjà assuré que les 50 kilomètres de pistes cyclables, installés dans la capitale et habituellement réservés aux voitures, seront maintenus pour fluidifier le trafic. L'élue souhaitait également limiter le nombre de voyageurs dans les transports publics lors du déconfinement le 11 mai.

Mais les "coronapistes" ne font pas l'unanimité, notamment chez les taxis et les camions de livraisons, qui voient leurs emplacements déplacés au milieu de la chaussée, entre la piste cyclable et la voie pour voitures.

Des "défenseurs conservateurs d'un ancien monde"

Pour certains de ses détracteurs également, ces nouveaux aménagements ne ferait que déplacer le problème. Pour la rue de Rivoli à Paris, les "coronapistes" reporteraient les bouchons dans les petites rues autour...

Mais pour l'adjoint à la maire en charge de la transformation de l'espace public, des mobilités et des transports, ces détracteurs "sont toujours les mêmes, les défenseurs conservateurs d'un ancien monde, qui refusent qu'on sorte d'un modèle de ville encore trop lié à la voiture". "Pourtant, nous n'avançons pas cachés, nous faisons ce pour quoi nous avons été élus", a affirmé David Belliad à "CNews'...

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !