»
»
»
Consultation

Tout savoir sur la prime exceptionnelle défiscalisée !

Tout savoir sur la prime exceptionnelle défiscalisée !

Le Premier ministre Edouard Philippe a détaillé jeudi et vendredi les modalités de la prime exceptionnelle qu'Emmanuel Macron encourage les entreprises à verser à leurs salariés.

Tout savoir sur la prime exceptionnelle défiscalisée !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les contours de la prime exceptionnelle, qui figure parmi les annonces faites lundi soir par Emmanuel Macron aux "Gilets jaunes", sont désormais précisés... Le Premier ministre Edouard Philippe a ainsi indiqué que cette prime, que les entreprises sont invitées à verser pour augmenter le pouvoir d'achat de leurs salariés, sera défiscalisée et "désocialisée" (exemptée des cotisations sociales, dont la CSG et la CRDS) jusqu'à un montant de 1.000 euros.

"Nous créerons une prime exceptionnelle pour le pouvoir d'achat totalement exonérée d'impôts et de charges et pour un montant qui peut atteindre jusqu'à 1.000 euros", a précisé Edouard Philippe à l'Assemblée nationale, lors du débat précédant le vote de la motion de censure déposée par des députés de gauche (motion rejetée dans la soirée).

Un gain de 1.000 euros nets, au lieu de la moitié environ...

Vendredi, le Premier ministre a précisé que cette défiscalisation s'appliquera "aux salariés qui touchent moins de 3.600 euros nets par mois". En déplacement dans le Val-d'Oise pour échanger avec des chefs d'entreprises, il a aussi indiqué que le dispositif serait ouvert du "11 décembre au 31 mars" 2019, en fonction de la trésorerie disponible des entreprises.

Cette disposition permettra aux entreprises comme aux salariés d'économiser des sommes importantes. 'L'Argent et Vous', le site d'information patrimonial de 'Boursier.com', a ainsi calculé qu'un salarié touchant une prime de 1.000 euros, conservera la totalité de ce montant qui, s'il avait été soumis à cotisations et à impôt, aurait été réduit à 555 euros, voire à 405 euros (selon la tranche d'imposition du salarié).

De nombreux grands groupes répondent "présent", les PME plus en difficulté

Edouard Philippe a ainsi confirmé une information donnée la veille aux partenaires sociaux. Les dirigeants de la CPME, U2P, CFTC et FO avaient précisé jeudi que la prime serait bien exempte des contributions sociales, et qu'elle pourrait être versée jusqu'au mois de mars prochain.

Toutefois, selon le président de la CPME, François Asselin, et de l'U2P, Alain Griset, beaucoup de petites entreprises ne pourront pas se permettre d'offrir de "cadeau" à leurs salariés, car elles n'auront pas réalisé suffisamment de bénéfices...

Plusieurs grands groupes montrent l'exemple

Plusieurs grands groupes ont en revanche déjà annoncé qu'ils verseraient cette prime exceptionnelle, parmi lesquels Total, Iliad, Altice, Orange, Kering, LVMH, Michelin et Publicis. Les modalités varient d'une entreprise à l'autre : chez Michelin, le bonus annoncé sera de 250 à 700 euros et serait destiné à tous ses salariés touchant moins de 34.000 euros annuels.

Chez Total, la prime est annoncée à 1.500 euros et sera versée à tous les salariés du groupe pétrolier en France. En outre, la direction propose une augmentation salariale globale de 3,1% en 2019 (après +3,5% en 2018).

FO et la CFDT veulent étendre la prime à la fonction publique

Pour le secrétaire confédéral de Force ouvrière, Michel Beaugas, il ne faudrait pas que cette prime serve de prétexte aux entreprises pour limiter les augmentations annuelles. "Je me méfie particulièrement des effets pervers de telles annonces", a-t-il dit à l'agence 'AFP'.

FO et la CFDT souhaiteraient par ailleurs que la prime soit applicable aux agents de la fonction publique, dont la rémunération globale (le "point d'indice") est quasiment gelé depuis 2010, (à l'exception d'une hausse de 1,2% étalée sur 2016 et 2017).

©2018-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com