Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Total prépare le terrain en vue de son entrée dans le gaz de schiste en Chine

Total prépare le terrain en vue de son entrée dans le gaz de schiste en Chine

Le pétrolier verrait d'un bon oeil un renforcement du fonds d'Etat chinois CIC dans son capital...

Total prépare le terrain en vue de son entrée dans le gaz de schiste en Chine
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le géant Total s'intéresse au gaz de schiste en Chine... Et il verrait d'un bon oeil un renforcement du fonds d'Etat chinois CIC dans son capital. Le PDG du groupe pétrolier français, Christophe de Margerie, a ainsi indiqué qu'il venait de signer "un préaccord" avec le géant pétrolier chinois Sinopec, en vue de créer une coentreprise d'exploration et de production de gaz de schiste en Chine.

Dans un entretien publié dimanche par le site internet du 'Wall Street Journal', le dirigeant a précisé que ce joint-venture pourrait être détenu à 51% par Sinopec et à 49% par Total et son partenaire koweitien KPC. Rappelons que Total avait aussi annoncé le 13 mars avoir signé un protocole d'accord avec KPC pour développer, en partenariat avec Sinopec, une grande raffinerie et des activités de marketing communes en Chine.

Christophe de Margerie a aussi confirmé que le fonds d'Etat chinois CIC détenait actuellement environ 2% du capital de Total (une part acquise en avril 2010), ce qui fait de la Chine le troisième actionnaire de Total avec le Qatar, dont la prise de participation de 2% a été révélée la semaine dernière. Le dirigeant a ajouté qu'il ne voyait "aucun problème" à ce que CIC prenne, le cas échéant, une participation supplémentaire dans le groupe pétrolier français...

Dans le domaine du gaz de schiste, déjà exploité à grande échelle aux Etats-Unis, la Chine, quasi absente de ce marché, a prévu d'investir rapidement avec l'objectif ambitieux de produire 60 à 100 milliards de mètres cubes par an d'ici à 2020. Si les autorités chinoises "veulent atteindre ces niveaux de production, ils vont devoir donner les autorisations rapidement ou ce sera infaisable", a d'ailleurs prévenu le patron de Total.

Le groupe pétrolier français est déjà présent dans l'exploration du gaz de schiste (un gaz pris au piège dans les roches, qu'il faut fracturer pour l'extraire) en Pologne, au Danemark, en Argentine, ainsi qu'aux États-Unis, dans le cadre d'une coentreprise avec les sociétés américaines Chesapeake Energy et EnerVest. En France, où la technique de fracturation hydraulique, utilisée pour exploiter les gaz de schiste a été interdite, Total a lancé une procédure administrative pour tenter de contrer l'abrogation de ses permis d'exploration...

Par ailleurs, parmi les autres projets du groupe, Christophe de Margerie a fait état de retard en Australie sur un projet de gaz naturel liquéfié. Les discussions avec son partenaire japonais Inpex pour accroître la part de Total dans le projet de GNL d'Ichthys, en Australie, traînent en longueur et pourraient ne pas aboutir avant la fin de l'année, a-t-il indiqué...

©2012-2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !