»
»
»
Consultation

Taxes : Donald Trump menace à nouveau l'automobile européenne

Taxes : Donald Trump menace à nouveau l'automobile européenne

Le président américain a 90 jours pour décider s'il appliquera des taxes d'importation de 25% aux automobiles européennes... Bruxelles a promis lundi une réponse "rapide et adaptée" en cas de taxation.

Taxes : Donald Trump menace à nouveau l'automobile européenne
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Depuis le printemps 2018, Donald Trump menace de surtaxer de 25% les importations automobiles, notamment européennes...

Ce projet pourrait se concrétiser bientôt avec la remise, dimanche, par le ministère américain du Commerce d'un rapport sur l'industrie automobile commandé en mai dernier par le président américain.

90 jours pour prendre une décision

Ce rapport remis à Donald Trump aurait conclu que les importations de voitures posent un risque pour la sécurité nationale en affaiblissant l'industrie automobile américaine, selon des sources citées par l'agence 'AFP'. Ce raisonnement pourrait ouvrir la voie à de nouvelles taxes douanières sur les importations de voitures et de pièces détachées automobiles.

Le président américain dispose désormais de 90 jours pour décider s'il impose de nouvelles taxes douanières aux importations automobiles. Ce dossier vient tendre davantage les relations américano-européennes, déjà envenimées par le retrait de Washington de l'accord multilatéral sur le nucléaire iranien, les exigences de Trump concernant le financement de l'Otan, et le retrait annoncé des Etats-Unis de Syrie sans concertation avec ses alliés européens.

Un coût de 5 MdsE pour les fabricants allemands ?

L'industrie automobile européenne, et notamment allemande, seraient particulièrement affectées si cette mesure entrait en vigueur, à un moment où le marché automobile mondial ralentit. Les groupes allemands Daimler (Mercedes-Benz), Volkswagen et BMW, déjà touchés par les nouvelles normes anti-pollution en Europe, seraient les plus fortement impactés.

Les marques allemandes qui produisent des véhicules aux Etats-Unis sont aussi frappées par les taxes d'importations imposées par la Chine aux véhicules en provenance des Etats-Unis. Selon une étude du cabinet de conseil EY, des taxes douanières de 25% sur les voitures coûteraient 5 milliards d'euros aux constructeurs allemands.

Pour sa part, l'institut économique allemand Ifo a estimé que les exportations allemandes de voitures vers les Etats-Unis pourraient chuter de près de 50% à long terme en cas de taxes de 25%...

L'industrie automobile américaine est elle aussi opposée aux taxes

En revanche, les voitures importées du Canada et du Mexique - qui viennent de conclure un nouvel accord de libre-échange avec les Etats-Unis (AEUMC) - devraient être exemptées de surtaxes. Ces deux pays produisent une majorité des voitures importées aux Etats-Unis (4,27 millions) devant le Japon (21% des importations), l'Allemagne (11%) et la Corée du Sud (8%). Au total, un peu moins de la moitié (8,3 millions) des quelque 17 millions de voitures vendues aux Etats-Unis ont été importées en 2017.

La perspective de taxes automobiles inquiète non seulement les industriels étrangers mais aussi le secteur automobile américain.Vendredi, la National Automobile Dealers Association a averti que 366.900 emplois pourraient être perdus aux Etats-Unis du fait du renchérissement du prix des automobiles. Selon la NADA, les taxes risquent de faire augmenter le coût des voitures de 2.750$ en moyenne, ce qui entraînerait une baisse des ventes de 1,3 million d'unités par an.

Bruxelles promet une réponse "rapide et adaptée" à d'éventuelles taxes

La Commission européenne a promis lundi une réponse "rapide et adaptée" si les Etats-Unis concrétisaient leurs menaces de surtaxer les automobiles européennes importées aux Etats-Unis. Le porte-parole de la Commission, Margaritis Schinas, a affirmé que "si ce rapport se traduisait par des mesures préjudiciables aux exportations européennes, la Commission européenne réagirait de manière rapide et adéquate".

Il a toutefois ajouté, lors d'un point presse à Bruxelles, que la CE espère pour le moment une issue "positive" des négociations commerciales entre l'Union européenne avec les Etats-Unis, après la trêve conclue entre le président américain Donald Trump et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker en juillet dernier.

Angela Merkel juge "effrayant" que des automobiles soient considérées comme une menace

Jean-Claude Juncker "a confiance dans la parole du président Trump. L'UE tiendra parole, tant que les USA feront la même chose", a ajouté M. Schinas.

De son côté, la chancelière allemande Angela Merkel avait jugé samedi "effrayant" le fait que les Etats-Unis s'apprêtent à déclarer les automobiles européennes importées comme une menace pour la sécurité nationale. Elle avait estimé que les voitures fabriquées en Bavière n'étaient pas plus une menace que les mêmes véhicules produits en Caroline du Sud où se "trouve la plus grande usine BMW au monde".

"Si ces voitures (...) deviennent soudainement une menace pour la sécurité des Etats-Unis, alors on trouve cela effrayant. Et je ne peux que souligner qu'il serait bon qu'on en arrive à de vrais pourparlers", avait souligné Mme Merkel.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com