»
»
»
Consultation

Stress tests : le 'cocorico' des banques françaises

Stress tests : le 'cocorico' des banques françaises

Le Crédit Mutuel arrive en tête des banques les plus solides de l'hexagone.

Stress tests : le 'cocorico' des banques françaises
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Critiquée pour la dérive de sa dette publique, la France peut en revanche s'enorgueillir de la solidité de son système bancaire ! Les résultats des "stress tests" de la BCE, publiés dimanche, ont en effet montré que l'hexagone était un des meilleurs élèves de la zone euro, aucune banque française n'ayant plus à se recapitaliser pour faire face à de futures crises...

Une seule banque française, la Caisse de refinancement hypothécaire (CRH), a échoué aux tests, menés sur les bilans à la fin 2013, mais depuis cette date, elle a été recapitalisée par ses actionnaires.

Les réactions satisfaites n'ont pas tardé à fleurir en France, où le ministre des Finances Michel Sapin et le gouverneur de la Banque de France Christian Noyer ont salué la bonne santé retrouvée des banques.

Des banques capables d'assurer le financement de l'économie

Dans un communiqué, Michel Sapin a estimé que les résultats vont permettre aux banques françaises "d'assurer le financement des entreprises et des ménages et de poursuivre leurs efforts pour soutenir l'investissement et la croissance".

"Les résultats du vaste audit des banques françaises confirment leur solidité et la confiance que nous pouvons avoir dans notre système bancaire", s'est de son côté réjoui Christian Noyer. Dans un entretien publié par 'Les Echos' du jour, le patron de la Banque de France a ajouté que "cela montre bien que le modèle de la banque universelle est, plus que tout autre, résistant aux chocs et tourné principalement vers le financement des entreprises et des ménages".

Le Crédit Mutuel arrive premier de la classe

Dans le détail, le Crédit Mutuel arrive en tête des banques françaises avec un ratio de solvabilité de 12,9%, bien au-delà du minima réglementaire de 5,5%. Le Crédit agricole, Société générale et BNP Paribas (qui vient de régler son amende historique de 6,6 milliards d'euros) affichent des ratios compris entre 8% et 9%. BPCE, qui regroupe les réseaux Banque populaire et Caisses d'épargne, arrive en queue de peloton avec un ratio de solvabilité de 7%, qui reste cependant bien supérieur au plancher de 5,5% fixé par la BCE.

Concrètement, ces résultats signifient que les banques françaises sont capables d'absorber de nouvelles périodes de crise sans faire appel à l'Etat comme ce fut le cas lors de la crise des "subprimes" en 2008-2009. Les tests de la BCE et de l'ABE (Autorité bancaire européenne) ont analysé les bilans des banques avec pour hypothèse de travail une contraction cumulative de 2,1% du PIB sur une période de trois ans. Une récession qui entraînerait une hausse de 13% du chômage et une chute de 20% en moyenne des prix de l'immobilier dans la zone euro. Sur 130 banques de la zone euro passées au crible, 25 d'entre elles avaient encore besoin de renforcer leurs fonds propres au 31 décembre dernier, mais 12 d'entre elles l'ont fait depuis cette date, selon les résultats des tests publiés hier.

BNP Paribas et Société Générale confortées

Du côté des banques, la satisfaction est aussi de mise ce matin : dans un communiqué, BNP Paribas affirme que les tests "montrent la capacité du groupe à résister à un scénario de stress majeur, basé sur des hypothèses extrêmement sévères d'évolutions des conditions économiques et de marché". Pour l'établissement financier, les résultats de l'étude "confirment ainsi la solidité du bilan du Groupe, la qualité de ses actifs et la rigueur de sa politique de risque".

De son côté, la Société Générale a estimé que "ces exercices confirment la solidité du bilan (de la banque) ainsi que la résilience de son modèle de banque universelle diversifiée".

©2014-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com