Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

'StopCovid' : à quoi pourrait ressembler le "traçage" de la population ?

'StopCovid' : à quoi pourrait ressembler le "traçage" de la population ?

Cette application mobile, baptisée "StopCovid", devrait permettre d'alerter les personnes qui ont été en contact avec des malades.

'StopCovid' : à quoi pourrait ressembler le 'traçage' de la population ?
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Tracer pour mieux déconfiner ? Dans un entretien accordé au 'Monde', le secrétaire d'Etat au Numérique Cédric O et le ministre de la Santé Olivier Véran ont donné des détails sur l'application de "tracking" envisagée par la France dans la lutte contre la pandémie de Covid-19.

Ce projet, baptisé "StopCovid" sur lequel planche une "task force" de chercheurs et développeurs du public et du privé, permettrait "de prévenir les personnes qui ont été en contact avec un malade testé positif afin de pouvoir se faire tester soi-même, et si besoin d'être pris en charge très tôt, ou bien de se confiner", a indiqué le secrétaire d'Etat.

"Nous en sommes à une phase exploratoire, mais nous ne voulons fermer aucune porte", ont-t-ils assuré, ajoutant que son téléchargement ne sera pas obligatoire, l'application serait "installée volontairement".

Sur "la base du volontariat"

Cette réflexion sur "la base du volontariat" a été privilégiée, alors que le ministre de la Santé Olivier Véran s'est dit "très sceptique sur l'utilisation d'un tracking numérique avec un modèle qui informerait systématiquement de toute personne de votre entourage ou de vos contacts présentant des symptômes de la maladie".

Concrètement, "lorsque deux personnes se croisent pendant une certaine durée, et à une distance rapprochée, le téléphone portable de l'un enregistre les références de l'autre dans son historique. Si un cas positif se déclare, ceux qui auront été en contact avec cette personne sont prévenus de manière automatique", a expliqué Cédric O.

"L'application ne géolocalisera pas les personnes"

Le secrétaire d'Etat a tenu également à assurer que "l'application ne géolocalisera pas les personnes". En effet, elle permettra seulement de retracer "l'historique des relations sociales qui ont eu lieu dans les jours précédents, sans permettre aucune consultation extérieure, ni transmettre aucune donnée".

La solution reposerait en fait sur le Bluetooth, sans géolocalisation, qui est "au centre d'un projet européen mené à la fois par l'Allemagne, la France et la Suisse". Pour l'heure, le déploiement de l'application n'est pas encore acté et sera décidé "plus tard", ont précisé Olivier Véran et Cédric O, qui entendent ainsi déminer le sujet très sensible du "tracking".

Le recours aux techniques de traçage des données des téléphones suscite en effet des inquiétudes. Sur 'Europe 1', Jean-Luc Mélenchon (LFI) a estimé que cette application serait "catastrophique" pour "les libertés individuelles et le secret médical". "Cela ne sert à rien si tout le monde n'est pas testé, cela ne sert à rien si tout le monde n'a pas un téléphone portable, cela ne sert à rien si on est dans une zone qui n'est pas couverte...", a-t-il poursuivi.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !