»
»
»
Consultation

Social : Philippe Martinez rempile à la tête de la CGT

Social : Philippe Martinez rempile à la tête de la CGT

A la tête du syndicat depuis 2015, le secrétaire général doit faire face à une chute du nombre d'adhérents...

Social : Philippe Martinez rempile à la tête de la CGT
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Philippe Martinez a été réélu secrétaire général de la CGT vendredi pour un second mandat. Candidat unique à sa propre succession, celui qui est à la tête du syndicat depuis 2015 a recueilli 90,65% des suffrages, contre 95,4% lors du précédent congrès.

Lors de ce 52ème congrès de la confédération, de nombreux militants ont exprimé, parfois très vivement, leur défiance vis-à-vis de la direction du syndicat en perte de vitesse. Ils l'ont mise en minorité à plusieurs reprises, notamment sur la stratégie pour enrayer la fuite des adhérents et la prise en compte du mouvement social des "Gilets jaunes".

"Rudesse des discussions"

Philippe Martinez a évoqué la rudesse de ces discussions dans son discours de clôture prononcé après la proclamation des résultats. "Certains évoquent un mouvement stalinien et le manque de démocratie, mais chez nous, on discute, on a une opinion, on la défend, puis on vote", a-t-il lancé. "Et pour nous, ce n'est pas un problème, mais un atout" et "un signe de démocratie".

"Quand les décisions sont adoptées, nous sommes ensuite tous ensemble pour les appliquer et les faire avancer", a-t-il poursuivi à la tribune après avoir été acclamé. Au cours du congrès, la direction a été mise plusieurs fois en difficulté par les militants plus radicaux sur des amendements proposés pour modifier la ligne du document d'orientation pour le prochain mandat...

Chute des adhérents

Le nombre d'adhérents de la CGT ne cesse de chuter depuis 2012 : il est passé de 695.424 à 664.350 en 2016, selon le rapport d'activité. Le nombre d'adhésions recensées par an est lui aussi en baisse, passant de 41.368 en 2014 à 35.843 en 2017.

La CGT est absente des petites et moyennes entreprises et très éloignée des nouveaux types de travailleurs, qui se multiplient avec l'émergence des plates-formes. La CFDT lui a ravi sa place de premier syndicat de France lors des élections professionnelles de la Fonction publique de décembre dernier, un évènement qui a crée une onde de choc parmi les militants.

Puis la vague des "Gilets jaunes" a occupé la scène de la contestation sociale pendant six mois, obtenant plus de 15 milliards d'euros de concessions de la part du gouvernement - 10 milliards en décembre et 5 milliards de baisse d'impôt en avril...

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com