Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

SNCF : des cheminots abandonnent leur statut en échange d'une hausse de salaire

SNCF : des cheminots abandonnent leur statut en échange d'une hausse de salaire

Selon 'Le Parisien', la compagnie ferroviaire proposerait aux cheminots de renoncer à leur statut pour être réembauchés "sous un contrat de droit privé en échange d'une augmentation de salaire"...

SNCF : des cheminots abandonnent leur statut en échange d'une hausse de salaire
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le statut cheminot contre une augmentation de salaire : c'est ce que proposerait la SNCF à ses salariés... En effet, certains d'entre eux choisissent de démissionner pour être réembauchés par la compagnie ferroviaire, sans le statut de cheminot, mais avec une rémunération plus intéressante, selon des informations du 'Parisien'.

Une source interne a expliqué au quotidien que "la direction est prise à son propre jeu". Le groupe ferroviaire subirait "une vague de démissions dans certains technicentres où sont entretenus les TGV", et pour "ne pas perdre ces compétences, très demandées par la concurrence, notamment la RATP, elle propose au cheminot de démissionner, de perdre son statut et d'être réembauché sous un contrat de droit privé en échange d'une augmentation de salaire", a-t-elle détaillé.

Cette méthode permettrait ainsi à la SNCF de déroger aux grilles de rémunérations, qui prévoit une revalorisation des salaires au fil des années. Mais cette grille, qui propose peu de perspectives d'évolution, inciterait ainsi certains employés à abandonner le statut cheminot et ses avantages.

Une méthode pratiquée depuis l'automne 2019

Selon des cadres interrogés par le quotidien, cette pratique aurait débuté à l'automne 2019. Après une baisse, elle aurait repris pendant le confinement mis en place pour tenter d'enrayer la propagation de l'épidémie de Covid-19. Il reste toutefois impossible de savoir combien de cheminots ont franchi le pas.

"Le sujet est tellement tabou que les salariés concernés n'en parlent pas. Ni leur nombre ni le montant des hausses de salaires ne sont publics. La direction, gênée, refuse d'en parler au nom du secret professionnel. Mais la bascule touche tout le monde. Même des militants CGT", indique une source. La direction assure de son côté que "ce phénomène est plus que résiduel".

"Dans les faits, nous sommes sous-payés par rapport au marché"

Selon les syndicats, qui s'inquiètent de cette pratique, au moins une dizaine de cas ont été comptabilisés sur les technicentres du Landy et de l'Est Européen, en Seine-Saint-Denis. "Comme par hasard, elle intervient six mois après la suppression de l'embauche au statut. Nous avons peur que ça se généralise et que la direction accélère la fin du statut", a souligné Fabien Villedieu, délégué SUD Rail. "On a vendu à l'opinion que les cheminots étaient trop bien rémunérés. Mais, dans les faits, nous sommes sous-payés par rapport au marché", a-t-il ajouté.

Parmi les 140.000 salariés de l'entreprise ferroviaire, 125.000 sont au statut. Pour rappel, ce statut offre certains avantages, comme une garantie de l'emploi, une retraite plus avantageuse et une meilleure prise en charge de base des soins médicaux. Depuis 1er janvier, il a été supprimé pour les nouvelles recrues de la SNCF...

©2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !