Selon une enquête BNP Paribas, l'intégration ESG gagne en maturité

Selon une enquête BNP Paribas, l'intégration ESG gagne en maturité

Les investisseurs institutionnels et les gestionnaires d'actifs sont à différents stades de préparation vis-à-vis de l'objectif "zéro émission nette"

Selon une enquête BNP Paribas, l'intégration ESG gagne en maturité
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Une enquête de BNP Paribas - conduite auprès de 356 investisseurs institutionnels, institutions officielles et gestionnaires d'actifs - montre que l'intégration ESG gagne en maturité. L'enquête met en évidence le nombre croissant d'investisseurs allouant plus de 75% de leur portefeuille à l'ESG et l'intégration grandissante du savoir-faire en matière d'ESG au sein des organisations. Cependant, les investisseurs institutionnels et les gestionnaires d'actifs sont à différents stades de préparation vis-à-vis de l'objectif "zéro émission nette".

Les principales conclusions de l'enquête sont les suivantes :

  • Un nombre accru d'investisseurs intègrent les facteurs ESG dans au moins 75% de leur portefeuille : 22% des sondés intègrent l'ESG dans au moins 75% de leurs portefeuilles. Dans l'enquête 2019 de BNP Paribas, aucun répondant n'envisageait que ce serait le cas en 2021. Malgré tout, 66% des investisseurs intègrent actuellement l'ESG dans moins de la moitié de leur portefeuille.
  • Différentes étapes d'engagement en faveur de l'objectif "zéro émission nette" : 37% des sondés se sont engagés publiquement à aligner tout ou partie de leur portefeuille sur un objectif " zéro émission nette " à horizon 2050, 36% ont pris publiquement leurs premiers engagements mais n'ont pas commencé à réaffecter de capitaux, et 27 % n'ont pas pris d'engagement de ce type.
  • Le savoir-faire ESG se diffuse : près de la moitié des investisseurs institutionnels (45%, contre 23% en 2019) affirment que leurs capacités ESG sont intégrées à l'ensemble de leur organisation et ne sont plus le domaine réservé d'équipes spécialisées.
  • Augmentation de l'investissement thématique : 56% des investisseurs institutionnels et des gestionnaires d'actifs ont recours au filtrage négatif et plus d'un tiers (38 %) utilisent désormais l'investissement thématique [1].
  • La mise en application croissante de l'ESG au sein des classes d'actifs alternatifs, notamment dans les placements en infrastructure (41% des investisseurs), capital-investissement/dette privée (38%), et immobilier (37%).
  • Le principal moteur de l'ESG est la marque et la réputation (59%), devançant désormais les rendements (45%), ce qui montre l'importance grandissante de l'ESG comme enjeu sociétal.
  • Le partage de valeurs ESG est essentiel pour les investisseurs institutionnels : 47% d'entre eux (contre 27% en 2019) estiment que le partage de valeurs est essentiel pour attribuer un mandat ESG à un gestionnaire d'actifs.
  • Le rôle croissant de l'engagement d'entreprise : 61% des investisseurs s'impliquent auprès des entreprises (au-delà du vote par procuration) dans le cadre de leur stratégie ESG.
  • Les données restent le principal obstacle à l'intégration des facteurs ESG : 59% des sondés citent les questions liées aux données parmi les deux principaux obstacles à l'intégration des facteurs ESG, contre 66% en 2019.
  • Le pilier social de l'ESG reste le plus difficile à intégrer : 51% des répondants considèrent encore les facteurs sociaux comme étant les plus difficiles à intégrer, en partie à cause d'un manque de données adéquates.

Florence Fontan, Head of Client Engagement chez BNP Paribas Securities Services, a déclaré : "L'industrie a fait de gros progrès en matière d'intégration ESG depuis notre première enquête en 2017. Les investisseurs institutionnels et les gestionnaires d'actifs sont désormais plus susceptibles d'intégrer les facteurs ESG au sein de leur organisation et dans leurs prises de décision stratégiques. En outre, ils adoptent de plus en plus l'investissement thématique. Cela devrait permettre à l'industrie d'accélérer l'allocation d'actifs dans des stratégies ESG, à l'heure où les avertissements sur le changement climatique se font de plus en plus pressants."

Delphine Queniart, Global head of sustainable finance and solutions, Global Markets, chez BNP Paribas, a ajouté : "L'intégration croissante de l'ESG dans les classes d'actifs, et notamment les alternatifs, est très encourageante... Les asset owners en particulier intègrent de plus en plus les facteurs ESG et analysent leurs impacts. Cela devrait continuer à engendrer des changements positifs du point de vue du développement durable, comme augmenter les divulgations d'information ESG et inciter les entreprises à évoluer."

Les résultats de cette enquête se basent sur des données recueillies entre avril et mai 2021 auprès de 356 investisseurs institutionnels et gestionnaires d'actifs, représentant un total d'actifs sous gestion estimé à 11.300 Milliards de dollars américains. 77% des répondants détenaient moins de 100 Milliards de dollars américains d'actifs sous gestion.

[1] L'identification et l'allocation de capitaux à des thèmes ou à des actifs liés à certains résultats environnementaux ou sociaux, tels que l'énergie propre, l'efficacité énergétique ou l'agriculture durable.

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !