»
»
»
Consultation

Selon le Nobel d'économie, la France a "beaucoup d'atouts"

Selon le Nobel d'économie, la France a "beaucoup d'atouts"

"Je ne pense pas que l'économie française est un cas désespéré", a déclaré Jean Tirole

Selon le Nobel d'économie, la France a 'beaucoup d'atouts'
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — "Je ne pense pas que l'économie française est un cas désespéré car on a quand même beaucoup d'atouts". Jean Tirole, le prix Nobel d'économie 2014, a voulu montrer son optimisme devant la presse à Toulouse lundi, après avoir été distingué pour son analyse sur la puissance du marché et sa régulation. "On a des grandes entreprises qui marchent bien, un tissu de PME qui est encore trop faible et beaucoup de capital humain", selon lui.

L'éducation et l'économie de la connaissance sont prioritaires à ses yeux, et il a insisté sur la nécessité d'y investir et "aussi de faire en sorte que notre pays puisse donner des bons emplois aux jeunes, qu'on ne leur laisse pas une dette trop élevée." Jean Tirole a aussi plaidé pour que des réformes soient menées "assez vite". "La question n'est pas l'austérité. Ce sont les réformes qui donnent confiance à l'étranger dans l'avenir de la France", a-t-il indiqué.

Marché du travail

Le prix Nobel a mentionné plus particulièrement le marché du travail. En 2003, il avait proposé avec Olivier Blanchard, aujourd'hui chef économiste du Fonds monétaire international, l'instauration d'un contrat de travail unique qui se substituerait aux CDD et CDI, assorti d'une augmentation progressive des droits des salariés en fonction de l'ancienneté, et a rappelé cette idée. "Les jeunes dans leur très grande majorité (se voient) proposer des CDD qui sont de mauvais emplois car les entreprises ont trop peur de donner des CDI. On a une situation complètement absurde : à force de trop protéger les salariés, on ne les protège plus du tout", a-t-il plaidé.

Sur Twitter, le Premier ministre Manuel Valls s'est félicité de la récompense du Français, saluant un "pied de nez au 'French Bashing'". "Je lance des idées comme mes collègues, j'espère qu'elles seront utilisées à un moment ou à un autre", a encore déclaré Jean Tirole face à la presse, interrogé sur la possibilité que ses idées soit reprises par la classe politique. "Keynes disait : les politiques utilisent des idées d'économistes dont ils ne connaissent même pas le nom et qui sont morts depuis longtemps. C'est un peu pessimiste mais j'y crois, c'est notre boulot", a-t-il conclu.

©2014-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com