»
»
»
Consultation

Risque d'attentats : Gérard Collomb fait le bilan

Après deux ans sous ce régime d'exception, le ministre de l'Intérieur affirme que l'état d'urgence a permis de déjouer 32 attentats dans l'hexagone...

Risque d'attentats : Gérard Collomb fait le bilan
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Depuis les attentats de 2015, la France vit en état d'urgence... Un régime d'exception mis en place pour faire face au terrorisme, qui va se terminer le 1er novembre au profit d'une nouvelle loi.

L'occasion pour le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, de dresser le bilan des deux années passées dans un entretien à 'l'Express'...

32 attentats déjoués en deux ans

"Cela a incontestablement permis d'éviter des attentats et de clarifier de nombreuses situations", explique Gérard Collomb... S'il reste prudent quant à la menace terroriste en France, le ministre est très optimiste quant à l'éradication des risques dans les prochains mois, voir dans les prochaines années.

Au total, ce sont 4.457 perquisitions qui ont été effectuées sous l'état d'urgence, permettant la saisie de 625 armes, dont 78 de guerre.

"De plus, 752 personnes ont été assignées à résidence", ajoute le ministre de l'Intérieur. Il affirme que grâce à ces interventions, de nombreux attentats ont pu être évités. Plus précisément 32 ont été déjoués depuis deux ans...

Une nouvelle loi anti-terroriste

Dans cette interview, Gérard Collomb considère qu'une comparaison avec des pays comme la Grande-Bretagne ou la Belgique n'est pas envisageable : "Ces pays ont des lois plus contraignantes que les nôtres... Ils n'ont pas eu besoin d'instaurer un état d'urgence car leur législation ordinaire est suffisante".

Désormais, une loi anti-terroriste transcrit dans le droit commun les dispositions de l'état d'urgence, qui pourront être appliquées plus facilement. Des mesures qui vont donc être mises en place dès le 1er novembre et évaluées tous les ans, afin d'en modifier le contenu si nécessaire.

A l'encontre des libertés individuelles ?

Cette nouvelle loi est, depuis le début des premières discussions, fortement critiquée par les associations de défense de droits de l'homme et des libertés individuelles.

Gérard Collomb considère à l'inverse que, "les libertés individuelles sont mieux garanties que sous l'état d'urgence. Sans perdre de leur efficacité pour les forces de l'ordre, les nouvelles mesures sont très ciblées". Il justifie ses propos en expliquant que quel que soit l'action envisagée, elle devra auparavant être validée par le procureur et un juge des libertés...

©2017,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Risque d'attentats : Gérard Collomb fait le bilan

Partenaires de Boursier.com