»
»
»
Consultation

Retraites : qui est (vraiment) concerné par la réforme ?

Retraites : qui est (vraiment) concerné par la réforme ?

Le haut-commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, a présenté aux syndicats et au patronat ses premiers arbitrages. La réforme créera un système universel qui entrera en vigueur en 2025 et sera mis en oeuvre progressivement...

Retraites : qui est (vraiment) concerné par la réforme ?
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Six mois après le début des concertations, une importante rencontre multilatérale s'est déroulée mercredi à Paris entre Jean-Paul Delevoye, le haut-commissaire à la réforme des retraites, et les organisations syndicales et patronales. Cette réunion a permis de dégager les grandes lignes de la réforme, qui sera mise en oeuvre concrètement à partir de 2025, et concernera donc les générations nées à partir de 1963...

Le nouveau régime sera un système universel, qui remplacera les 42 régimes de retraite existants, comme l'avait annoncé Emmanuel Macron lors de sa campagne électorale.

L'âge légal reste à 62 ans, mais possible création d'un '"âge-pivot" pour le taux plein

Tout d'abord, le haut commissaire a confirmé que l'âge légal de départ en retraite restera fixé à 62 ans. Il n'a cependant pas précisé si à cet âge, on pourra bénéficier d'une retraite à taux plein... M. Delevoye a donc laissé ouverte l'hypothèse, défendue par le patronat, d'instaurer un "âge-pivot", sans doute à 63 ans, pour pouvoir partir à la retraite sans subir une décote...

Une façon d'inciter les Français à prolonger leur durée d'activité, comme le préconisent de nombreuses études.

Les points d'abord

Le nouveau système remplacera les trimestres requis pour une retraite à taux plein par des points, qui seront acquis quel que soit le secteur d'emploi, et qui détermineront le montant de la retraite. Le passage au régime universel par points devrait se faire via une phase de transition.

Au plus tôt à compter du 1er janvier 2025, les droits acquis seront ainsi transformés en points. “Nous veillerons à ce que cette conversion puisse se faire sans aucune perte de droits”, a assuré Jean-Paul Delevoye. Pour y parvenir, de nombreuses simulations seront réalisées pour déterminer la valeur du point.

Les primes des fonctionnaires et régimes spéciaux seront prises en compte pour la retraite

Par ailleurs, à l'avenir, les primes des fonctionnaires civils et militaires et des salariés des régime spéciaux seront prises en compte pour le calcul des droits à la retraite. Par conséquent, elles feront donc l'objet de cotisations sociales, mais généreront en échange des droits à pension. Cette mesure n'entrera en vigueur qu'à partir du moment où le nouveau système de retraite par points sera mis en place (2025). D'ici là, il n'y aura pas de cotisation à payer sur les primes.

Le nouveau régime universel intégrera comme prévu l'ensemble des régimes spéciaux comme ceux de la SNCF, de la RATP ou encore de la Banque de France. Mais attention, "régime universel ne signifie pas régime unique” a précisé Jean-Paul Delevoye , laissant entendre que des particularités pourront exister en fonction des branches professionnelles, notamment sur l'âge légal de départ en retraite.

Les retraites complémentaires appelées à être fondues dans le système universel

Pour englober l'ensemble des régimes actuels de la retraite de base et complémentaire, le régime universel prendra en compte les revenus d'activité dans la limite de trois plafonds de la sécurité sociale soit 9.933 euros par mois (au lieu d'un plafond, soit 3.311 euros actuellement, et au-delà uniquement pour la retraite complémentaire).

Après la réforme, les cotisations pour les complémentaires ne porteraient plus que sur la partie des salaires supérieure à 9.933 euros, ce qui concernerait au maximum 300.000 personnes. Ces derniers pourraient alors continuer à cotiser à l'Agirc ou se tourner vers l'épargne individuelle.

L'adoption de la loi prévue courant 2019

Afin d'affiner le projet en concertation avec les partenaires sociaux, Jean-Paul Delevoye a précisé que de nouvelles rencontres en face à face avec les syndicats et le patronat sont programmées. Il espère pouvoir s'accorder sur les points techniques de la réforme, en vue d'une adoption de la loi courant 2019.

Initialement, l'adoption de la réforme des retraites était prévue en 2018, puis au premier semestre 2019, mais elle pourrait être décalée au second semestre si nécessaire...

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com