Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Retraites : le gouvernement tend la main à la CFDT et donne rendez-vous aux syndicats vendredi

Retraites : le gouvernement tend la main à la CFDT et donne rendez-vous aux syndicats vendredi

Edouard Philippe a repris l'idée de "conférence de financement" proposée par Laurent Berger, et donne rendez-vous aux syndicats vendredi...

Retraites : le gouvernement tend la main à la CFDT et donne rendez-vous aux syndicats vendredi
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le gouvernement essaie de faire revenir la CFDT dans le jeu des négociations après la trêve de Noël... Au 34ème jour de la grève dans les transports publics en France, Edouard Philippe a tenté mardi de renouer le dialogue avec les partenaires sociaux au ministère du Travail, afin de dégager un compromis.

Le Premier ministre a ainsi repris la proposition de la CFDT d'une "conférence de financement" - initiative saluée par les syndicats réformistes, mais qui exigent toujours le retrait de "l'âge pivot" du projet de loi...

Le Premier ministre a ainsi repris à son compte la "bonne idée" avancée dimanche par le secrétaire général de la confédération, Laurent Berger, d'une "conférence de financement" pour déterminer les modalités de retour à l'équilibre du système actuel et le financement du futur régime universel par points.

"J'ai proposé à l'ensemble des organisations syndicales et patronales de nous retrouver vendredi matin à Matignon", a dit à la presse Edouard Philippe.

Une discussion "chiffrée et sereine"

"Nous devons nous mettre d'accord sur le mandat de cette conférence de financement, sur le délai qui lui sera accordé pour aboutir à des solutions consensuelles", a-t-il poursuivi, affirmant l'espoir d'"une discussion documentée, chiffrée, sereine" sans jamais évoquer l'âge pivot.

"On note la volonté d'ouverture, de discussion sur la question du financement des systèmes de retraites (...), cependant cette ouverture il faut qu'elle aille plus loin en rejetant du projet du loi la question de l'âge pivot", a déclaré Laurent Berger à l'issue de la première réunion. "Si l'objectif de cette conférence de financement ou de la réunion de vendredi c'est de recycler l'âge pivot ou de négocier autour de l'âge pivot, la réponse est 'non' pour la CFDT", a-t-il prévenu.

Une allusion, notamment, à la proposition du président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand, un proche d'Emmanuel Macron, d'une décote "temporaire", et non plus définitive, pour les personnes qui partiraient avant l'âge pivot. La CFDT avait brutalement rompu avec l'exécutif sur la question de l'instauration progressive d'un "âge pivot" de 64 ans en 2027.

Souplesse ?

"L'épouvantail de l'âge pivot doit être retiré", a insisté le secrétaire général de l'autre syndicat réformiste, l'Unsa, Laurent Escure. "J'espère que les premiers signes de souplesse vont se confirmer et que vendredi on pourra travailler tranquillement", a-t-il dit aux journalistes.

Le Medef a posé deux conditions à sa participation à une telle conférence : qu'elle livre ses conclusions avant la fin des débats au Parlement et que le gouvernement mette "tous les coûts sur la table", toutes les dépenses notamment".

La CGT et FO restent inflexibles

La CGT et Force ouvrière continuent pour leur part de réclamer le retrait pur et simple du projet. "Les propositions ne sont pas de nature à arrêter la grève", a réagi Catherine Perret, membre du bureau confédéral de la CGT chargée des retraites. Les deux syndicats préparent toujours deux journées de mobilisation cette semaine, jeudi et samedi.

Le temps presse alors que le texte doit être soumis en première lecture aux députés à partir du 17 février pour une adoption "avant l'été"...

©2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com