Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Retraites : Edouard Philippe fera des propositions samedi

Retraites : Edouard Philippe fera des propositions samedi

Après une journée de discussion avec les partenaires sociaux, le Premier ministre doit rencontrer Emmanuel Macron dans la soirée.

Retraites : Edouard Philippe fera des propositions samedi
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le gouvernement et les partenaires sociaux ont renoué le dialogue vendredi, au lendemain d'une quatrième journée de manifestation contre la réforme des retraites. Les consultations bilatérales organisées par Edouard Philippe visaient à s'accorder sur la méthode et le calendrier d'une "conférence de financement", idée avancée par la CFDT de Laurent Berger et reprise par le gouvernement.

Le Premier ministre a annoncé à l'issue de ses discussions avec les partenaires sociaux qu'il leur transmettrait par écrit des "propositions concrètes" samedi en vue d'un compromis sur le projet de réforme des retraites. Lors d'une brève déclaration à Matignon, il a précisé qu'il s'entretiendrait à cet effet vendredi soir avec Emmanuel Macron.

"Mesure aveugle et injuste"

La CFDT a indiqué qu'elle ne s'engagerait dans cette conférence que si la mesure de l'âge pivot est retirée de l'avant-projet de loi réformant le régime actuel. C'est "une mesure aveugle et injuste", a déclaré le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger à la presse, après plus d'une heure et demie de discussions avec le Premier ministre.

"On a senti une volonté d'ouverture dans la parole mais encore une fois, tout ça se mesure in fine aux actes", a-t-il ajouté. "Le Premier ministre nous a dit qu'il répondrait assez vite, assez rapidement (...) à ces préoccupations." Le dirigeant a dit attendre "un geste (...) dans les jours à venir".

Inscrit dans l'avant-projet de loi

Contre l'avis des syndicats réformistes, l"'âge d'équilibre" figure dans l'avant-projet de loi qui a été communiqué au Conseil d'Etat : il entrera progressivement en vigueur à partir de 2022 pour atteindre 64 ans en 2027, sauf si les partenaires sociaux trouvent une solution alternative d'ici le 1er septembre 2021.

Le gouvernement souhaite que la conférence soit organisée en parallèle de l'examen parlementaire du projet de loi et complète ou modifie le texte via des amendements. Celui-ci doit être présenté le 24 janvier en conseil des ministres puis soumis à partir du 17 février à l'Assemblée nationale.

Évalué à 3,5 milliards d'euros en 2018, le déficit du système de retraites français devrait s'aggraver pour atteindre de 8 à 17 milliards d'euros en 2025, jusqu'à 27 milliards d'euros en 2030 dans le pire des scénarios, selon le Conseil d'orientation des retraites (COR).

L'Unsa, autre syndicat réformiste, avait demandé vendredi matin que l'âge pivot soit retiré "dans les prochaines heures". "Un compromis ne peut se faire qu'à partir du moment où on n'a pas l'épée de Damoclès de l'âge pivot", a fait valoir son secrétaire général, Laurent Escure.

FO et CGT inflexibles

De leur côté, Force ouvrière et la CGT restent inflexibles et continuent de demander le retrait pur et simple du texte gouvernemental. Mais face à eux, le gouvernement reste également sur ses positions. Edouard Philippe a refusé la "pause" réclamée par Yves Veyrier (FO) pour examiner les articles de l'avant-projet de loi. "Nous ne ferons pas non plus de pause quant à notre détermination à faire en sorte d'empêcher que ce régime unique par points voie le jour", a-t-il dit.

L'intersyndicale CGT-FO-Solidaires-CFE-CGC-FSU a appelé à une manifestation massive samedi avant une nouvelle journée interprofessionnelle de grèves le 14 janvier.

Philippe Martinez s'est dit d'accord avec le principe d'une conférence de financement "qui ne soit pas déconnectée de l'examen du projet de loi". Le secrétaire général de la CGT a avancé des pistes : réintégration pour "plusieurs milliards d'euros" de cotisations sociales patronales après un "bilan des exonérations", "taxation d'un certain nombre de transactions financières". "L'âge pivot c'est un faux problème, une fausse polémique. Il existe déjà !", a-t-il lancé.

©2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com