Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Réouvertures des commerces : "Aucun arbitrage n'est rendu", assure Bruno Le Maire

Réouvertures des commerces : "Aucun arbitrage n'est rendu", assure Bruno Le Maire

Le ministre délégué aux Relations avec le Parlement Marc Fesneau avait affirmé que les petits commerces ne devraient pas rouvrir "à ce stade"...

Réouvertures des commerces : 'Aucun arbitrage n'est rendu', assure Bruno Le Maire
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Bruno Le Maire ne s'avoue pas vaincu... Alors que le Premier ministre Jean Castex doit s'exprimer ce jeudi à 18h après un Conseil de défense sanitaire, les commerces dits "non essentiels" espèrent pouvoir rouvrir au plus vite. Si les dernières informations laissent entendre que ce ne sera pas le cas, le ministre de l'Economie assure qu'"aucun arbitrage n'est rendu".

"Je rappelle que je vais dans quelques instants au Conseil de défense. Chacun présentera ses positions, et on fera l'arbitrage. Personne ne rend jamais les armes, et on n'est pas en guerre les uns contre les autres au gouvernement, on essaie de construire la meilleure décision", a-t-il expliqué ce jeudi sur 'BFM Business'.

Le ministre se dit également "un peu stupéfait" d'entendre certains "qui pensent connaître les décisions du président de la République avant même qu'il ne les ait rendues". "Ce sont des conseils où chacun exprime ses points de vue, avec beaucoup de liberté, quels sont les intérêts qu'il y a à défendre", a-t-il ajouté.

Les commerces de proximité souffrent "plus que les autres"

"Puis le président de la République et le premier ministre rendent des arbitrages en fin de matinée, qui seront annoncés par le Premier ministre en fin de journée", a poursuivi le locataire de Bercy, rappelant qu'"on est tous confrontés aux mêmes défis : lutter contre la circulation du virus, s'en débarrasser, de façon à ce que l'activité économique puisse se poursuivre dans les meilleures conditions".

Bruno Le Maire estime toutefois que "la pire décision, c'est de laisser le virus prospérer, parce que là l'économie courrait le risque de s'effondrer totalement", tout en reconnaissant qu'une "catégorie de la population souffre plus que les autres". Il s'agit des "commerces de proximité", a-t-il souligné.

Les petits commerces ne devraient pas rouvrir "à ce stade"

Mercredi, le ministre délégué aux Relations avec le Parlement Marc Fesneau avait douché les espoirs des petits commerçants, en affirmant que les petits commerces ne devraient pas rouvrir "à ce stade", alors qu'Emmanuel Macron avait promis, lors de l'annonce de la mise en place d'un reconfinement jusqu'au 1er décembre "a minima", une"revoyure" à la mi-novembre pour évaluer l'efficacité de ces mesures.

"Quand on va dans un commerce, on a des interactions physiques, c'est ça qu'il faut éviter", avait-il expliqué sur 'franceinfo'. "Quand on aura le sentiment que les mesures prennent leurs effets, on verra si on peut relâcher un peu la pression sur les commerces", avait-il ajouté.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !