»
»
»
Consultation

Rentrée 2018 : quelles sont les villes les plus abordables pour les étudiants ?

Rentrée 2018 : quelles sont les villes les plus abordables pour les étudiants ?

Paris reste largement en tête, avec un coût de la vie mensuel de 1.224 euros. Un écart énorme avec Limoges, où il faut compter environ 721 euros.

Rentrée 2018 : quelles sont les villes les plus abordables pour les étudiants ?
Crédit photo © Pierre Jayet / Prisme

(Boursier.com) — Après avoir révélé que le coût de la vie universitaire allait augmenter cette année, l'UNEF poursuit son tour d'horizon, en révélant le palmarès des villes les plus chères pour étudier...

Le syndicat a passé au crible les 40 plus importantes en France, et sans surprise, Paris reste largement en tête. Le coût de la vie mensuelle s'y élève à 1.224 euros, soit une hausse de 1,72% par rapport à l'an dernier. C'est évidemment le coût des loyers qui pèse le plus lourd : 830 euros par mois en moyenne. Il faut y ajouter un budget transport au plus haut dans l'Hexagone, à 342 euros par an pour la région Île-de-France...

Nanterre deuxième !

Les villes universitaires de région parisienne sont d'ailleurs en haut du classement, avec des dépenses mensuelles supérieures à 1.000 euros. Nanterre est donc deuxième, devant Créteil, Saint-Denis, Champ-sur-Marne, et Orsay.

Septième de la liste, Cergy est la seule à passer sous cette barre symbolique, avec un budget moyen de 991,26 euros.

Nice la plus chère en région

Nice est la ville la plus chère de région, plombée là encore par le coût du logement, qui s'élève en moyenne à 887 euros par mois (+2,9%), et auquel il faut ajouter 153 euros de transports par an.

"La ville, pourtant visée par le décret listant les communes devant appliquer l'encadrement des loyers ne démontre toujours pas une quelconque volonté à mettre en place le dispositif", relève l'UNEF.

Le poids de la baisse des APL

Plus globalement, le syndicat estime que "la baisse concrète des aides au logement à la suite du gel des APL représente un manque à gagner important en l'année 2018. C'est un nouveau coup dur pour le portefeuille des étudiants". Il réclame donc une revalorisation de 20% des APL, la généralisation de l'encadrement des loyers à toutes les villes universitaires, la poursuite de la construction de logements étudiants CROUS gérés par le CROUS et l'exonération de la taxe d'habitation pour les étudiants dès la première année de sa suppression.

Côté transports, l'UNEF demande la généralisation d'un demi-tarif étudiant dans l'ensemble des villes universitaires et un tarif boursier moins élevé pour aider les jeunes les plus précaires à se déplacer. Après l'Île-de-France et ses 342 euros annuels, Tours (331,20 euros), Rennes (326 euros), Lyon (318 euros) ou Dijon (315) sont dans le haut du palmarès. A titre de comparaison, un abonnement à Limoges ne coûte que 90 euros.

Toutes dépenses confondues, c'est d'ailleurs Limoges qui est la ville la plus intéressante pour étudier sans trop se ruiner, avec une enveloppe de 720,88 euros, en baisse cette année de 0,24%. Brest (727,22 euros), Poitiers (728,04 euros), Le Mans (733,13), ou Saint-Etienne (739,80) sont aussi les plus avantageuses.

Après une hausse de plus de 2% l'an dernier, le coût de la rentrée va encore monter en cette rentrée : +1,31% selon le syndicat UNEF, qui a présenté ses chiffres en début de semaine. "Ainsi, 56% des étudiants le voient augmenter plus fortement que l'inflation. Les étudiants s'appauvrissent donc bien plus vite que le reste de la population".

Une fois les différentes aides possibles empochées (APL, bourses sur critères sociaux...), le reste à charge s'élève à 837,72 euros par mois, selon les calculs de l'UNEF, soit une hausse de 129,59 euros...

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com