Renationaliser les autoroutes : une idée "populiste" et "démagogique" selon Jean-Baptiste Djebbari

Renationaliser les autoroutes : une idée "populiste" et "démagogique" selon Jean-Baptiste Djebbari

Selon la candidate à la présidentielle Marine Le Pen, la nationalisation des autoroutes "permettra de faire baisser de 10 à 15% le prix des péages"...

Renationaliser les autoroutes : une idée 'populiste' et 'démagogique' selon Jean-Baptiste Djebbari
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Renationaliser les autoroutes ? C'est ce qu'ont proposé les deux candidats à la présidentielle Arnaud Montebourg et Marine Le Pen. La candidate déclarée à l'élection présidentielle de 2022 l'avait notamment formulée dans une interview au 'Figaro' publiée la semaine dernière.

Elle expliquait alors que la nationalisation des autoroutes, exploitées par les groupes français Eiffage et Vinci, "permettra de faire baisser de 10 à 15% le prix des péages, de livrer un milliard et demi d'euros par an au budget de l'Etat et ainsi permettre la mise en oeuvre de politiques de réaménagement du territoire".

Mais pour le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari, cette proposition est "bien populiste, et bien démagogique". "Si on nationalise maintenant, on devrait indemniser les sociétés d'autoroutes à hauteur de 45 à 50 milliards", a-t-il expliqué ce mardi sur 'franceinfo'. Ensuite, il faudrait "entretenir" ces autoroutes, a-t-il poursuivi, avant d'ajouter : "l'Etat n'a pas toujours démontré qu'il entretenait très bien ses infrastructures et ses routes".

"Une promesse politique qui ne sera pas suivie d'effets"

"Sur le fond, je demande à voir ce qu'ils [Arnaud Montebourg et Marine Le Pen] proposent, concrètement, une fois qu'ils ont déboursé 50 milliards", a déclaré Jean-Baptiste Djebbari, qui évoque "une promesse politique qui ne sera pas suivie d'effets".

"Les concessions autoroutières ont été contractualisées par l'Etat, à des conditions qui ont d'ailleurs plusieurs fois été revues", a rappelé le ministre délégué aux Transports, précisant qu'"elles arrivent à échéance entre 2031 et 2036" et que "les plus grosses reviendront en 2031 dans le giron de l'Etat". A ce moment-là, "il y aura un sujet effectivement de savoir ce qu'on fait après", a-t-il encore souligné...

"On peut récupérer ces autoroutes pour 0 euro"

Lundi sur 'LCI', le ministre de l'Economie Bruno Le Maire avait également critiqué "le désert des idées" dans l'opposition. Nationaliser les autoroutes coûterait à l'Etat "40 milliards d'euros", alors que "si on attend 10 ou 15 ans, parce que ce sont des concessions, je le rappelle à Madame Le Pen, on peut récupérer ces autoroutes pour 0 euro", avait-il fait valoir.

"S'il y a 40 milliards d'euros à dépenser aujourd'hui c'est pour la transition environnementale", avait estimé le locataire de Bercy. Ce montant "sera mieux employé à investir pour les semi-conducteurs, pour l'hydrogène, pour les énergies renouvelables, pour la décarbonation de notre industrie, pour la lutte contre le réchauffement climatique, plutôt que de racheter pour 40 milliards d'euros, les autoroutes", avait-il insisté.

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !