»
»
»
Consultation

Remaniement élargi, mode d'emploi...

Remaniement élargi, mode d'emploi...

En coulisse, après la démission de Gérard Collomb du ministère de l'Intérieur, Emmanuel Macron prépare un remaniement ministériel, un cadre à "l'an II du quinquennat, celui de la République contractuelle", explique Richard Ferrand...

Remaniement élargi, mode d'emploi...
Crédit photo © Ministère de la cohésion des territoires

(Boursier.com) — Le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, s'est arrêté dans un entretien au 'JDD' sur l'actuel casse-tête d'Emmanuel Macron et Edouard Philippe : la succession de Gérard Collomb et plus largement, le remaniement.

Dans cet entretien, Richard Ferrand plaide pour que le nouveau gouvernement "fédère davantage", et inculque un "nouveau souffle" à la présidence d'Emmanuel Macron...

En marche pour l'an II du quinquennat

Selon Richard Ferrand, qui est un (très) proche d'Emmanuel Macron, ce remaniement doit permettre au Chef de l'Etat d'engager une nouvelle phase de son quinquennat, l'an II de la République en Marche. Elle se construirait sur les fondations de la première année de gouvernance tout en fédérant davantage... "Il y a eu l'an I du quinquennat, l'année du consulat, elle s'est déroulée à un rythme très soutenu. Les fondations, les masses de granit ont été posées", indique Richard Ferrand au 'JDD'.

"Nous allons désormais entamer l'an II du quinquennat, celui de la République contractuelle. Emmanuel Macron l'a évoqué dès son discours au congrès, avec un 'pacte girondin'. Le Président veut, et je l'accompagnerai sur ce chemin, poursuivre l'intensité des réformes et fédérer davantage".

Consultations...

Richard Ferrand indique par ailleurs avoir échangé avec Emmanuel Macron sur le remaniement... "Il est normal que le président de l'Assemblée nationale fasse part au chef de l'Etat des aspirations du pays tel qu'il les capte", dit-il... "Dans le même esprit, je l'avertis aussi de ce que j'entends, de ce je vois dans les territoires et de ce que me disent les parlementaires de toutes sensibilités".

Dans l'esprit Jean-Michel Blanquer...

Pour l'ensemble de la nouvelle équipe gouvernementale, il "faut encore innover et faire confiance à des personnes qui n'ont pas derrière elles des années de vie politique".

Dans cet esprit, Richard Ferrand considère que pour succéder à Gérard Collomb, "il faudrait un Jean-Michel Blanquer de l'Intérieur". Tâche ardue pour le parti néophyte des marcheurs puisque le profil idéal doit concilier "l'expérience politique et en même temps de l'engagement novateur".

Vote de confiance de l'Assemblée ?

Dans cet entretien de presse, le président de l'Assemblée nationale préconise, en cas de large remaniement, de soumettre la nouvelle équipe à un vote de confiance. "Si le président décide d'un remaniement ample et profond, c'est d'évidence qu'il faudra que le nouveau gouvernement demande la confiance. C'est une indispensable marque de respect due à la représentation nationale", estime encore Richard Ferrand.

Cette nouvelle équipe gouvernementale serait, dans le meilleur des cas, annoncée au début de la semaine. Dans tous les cas, elle sera dévoilée avant le conseil des ministres de mercredi...

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com