»
»
»
Consultation

Réformes : "le gouvernement est acculé, il n'a pas le choix" selon Michel Rocard

Réformes : "le gouvernement est acculé, il n'a pas le choix" selon Michel Rocard

L'ancien Premier ministre propose ses solutions pour l'économie française...

Réformes : 'le gouvernement est acculé, il n'a pas le choix' selon Michel Rocard

(Boursier.com) — Dans une interview accordée au JDD, l'ancien Premier ministre socialiste Michel Rocard livre une analyse sans concession et peu amène des premières mesures économiques prises par le Gouvernement Ayrault...

Réduire le temps de travail
L'ex-Premier ministre de François Mitterrand considère que la première des urgences, c'est de faire baisser le chômage. En l'absence de croissance économique, la seule façon d'y parvenir est de réduire le temps de travail, un sujet tabou... Michel Rocard prend pour exemple les salariés allemands et américains, qui travaillent en moyenne respectivement 33h et 31h30 hebdomadaires (36h30 en France). Il faut travailler plus tous collectivement pour gagner plus collectivement soutient l'ancien Premier ministre. L'un des moyens pour y parvenir serait de réduire les cotisations sociales des entreprises puisque, un chômeur embauché, ce sont des allocations économisées et des cotisations qui rentrent dans les caisses publiques.

 "La France est dans une situation terrifiante"
Alors que l'Etat français a maintenu son engagement de réduire son déficit à 3% du PIB en 2013, Michel Rocard considère que la France est dans une situation terrifiante. Pire, la récession va s'aggraver, le chômage va augmenter. L'ancien chef du Gouvernement tire d'ailleurs la sonnette d'alarme : Il y a le feu ! La consommation française est en panne à cause du chômage, les perspectives d'investissement se sont taries, et les exportations sont en berne car l'Europe est en récession. Dans ce sombre tableau, le Gouvernement est acculé ; il n'a pas le choix et devra mener des réformes...

"Vivement souhaitable" de travailler jusqu'à 65 ans
Michel Rocard saisit donc l'occasion pour montrer la bonne voie... Alors que les partenaires sociaux négocient autour d'un gel des retraites complémentaires et donc un tassement du pouvoir d'achat des pensionnés, l'ancien Premier ministre considère qu'aller dans cette direction est dangereux et mauvais. Fidèle à son franc-parler, il ne mâche pas ses mots : L'amputation du pouvoir d'achat est imbécile, alors que le pays a besoin de davantage de consommation. Alors que la réforme des retraites de Nicolas Sarkozy a mené l'âge de départ à 62 ans, il pense vivement souhaitable de retarder l'âge de la retraite à 65 ans. Travailler plus longtemps résoudrait le sous-emploi des seniors. Ce serait un apport considérable soutient l'octogénaire Michel Rocard.

©2013-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com