»
»
»
Consultation

Réforme territoriale : "le texte va forcément évoluer", admet Manuel Valls

Réforme territoriale : "le texte va forcément évoluer", admet Manuel Valls

Mais exclut toujours l'idée d'un référendum.

Réforme territoriale : 'le texte va forcément évoluer', admet Manuel Valls
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Quatorze régions contre 22 actuellement, et la disparition des conseils généraux pour 2020... La réforme territoriale fera l'objet d'un débat, pour associer le parlement à cette réforme, a promis Manuel Valls ce matin sur BFM TV. Le texte "va forcément évoluer, il y aura des débats d'abord au Sénat puis à l'Assemblée nationale. Il pourra y avoir des évolutions", a aussi assuré le Premier ministre, pour qui "l'essentiel est de réduire le nombre de régions pour les rendre plus fortes et plus compétitives." "Il y avait besoin de changer, de réformer. Il fallait le faire", a-t-il poursuivi. Le vote aura donc lieu avant l'été, avec la présentation de deux textes de loi en conseil de ministre, le 18 juin, avant un débat en juillet au Sénat.

Pas de référendum

Il a revanche, à l'image de François Hollande, exclu de soumettre la réforme territoriale au jugement des Français, via un référendum. "Face à cette question d'intérêt général, vous répondriez à une autre question, vous répondriez concernant le président de la République car ce serait lui qui poserait la question", a estimé Manuel Valls qui redoute "l'addition de tous les contraires" sur ce type de scrutin.

"Dans le bon sens"

Dans le détail, la réforme prévoit la fusion de l'Auvergne avec Rhône-Alpes, du Languedoc-Roussillon et de Midi-Pyrénées et de la Bourgogne et de la Franche-Comté. Les deux Normandie seraient réunies tout comme l'Alsace et la Lorraine et la Picardie et Champagne- Ardennes. Poitou-Charentes, Centre et Limousin seraient également regroupés. A l'inverse, aucun changement ne serait opéré pour la Bretagne, l'Aquitaine, les Pays-de-Loire, la Corse, Provence-Alpes-Côte-d'Azur, le Nord-Pas-de-Calais et l'Ile-de-France.

Interrogé sur la fusion controversée des régions Poitou-Charentes, Limousin et Centre, ou encore sur le statu quo sur les Pays de la Loire, le Premier ministre a reconnu des résistances politiques fortes. "A partir du moment où courageusement on met (...) sur la table cette réforme, cela gronde, je me dis alors que cela va dans le bon sens", s'est félicité Manuel Valls.

©2014-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com